A la croisée des destins, tome 1 de Valentin Rousseaux



Editions : La Plume et le Parchemin
Collection : Andromède
Auteur : Valentin Rousseaux
Couverture : Tiphs
Parution : 12 Octobre 2016



Le destin… Quoi de plus incertain ?

Réveillé en pleine nuit à la suite d’un mystérieux rêve, le jeune Sacha voit sa vie basculer. Il est happé dans un autre monde. Un monde en proie à une terrible guerre, où gouvernent les dons surnaturels. Les hommes y contrôlent les pensées, les villes s’érigent sur plusieurs étages et les secrets y sont aussi tranchants que des lames…


Premier tome d'une trilogie remarquable ! Le voyage initiatique d’un jeune héros qui devra enchaîner des quêtes de plus en plus dangereuses dans un univers impitoyable… Mais jusqu’où ira-t-il ?

Merci aux éditions  La Plume et le Parchemin et à Valentin Rousseaux de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

C’est un roman entraînant et captivant dès le départ. Pour vous dire, j’ai commencé ce premier tome en amphi en attendant la prof. J’ai lu les 20 premières pages d’affilées tellement c’était prenant. Beh oui, Sacha notre jeune héros, voit sa vie un peu chamboulée. Bon d’accord, beaucoup chamboulée. Il fait un rêve étrange et en se réveillant il entend du bruit. Qu’est-ce que ça peut être ? Est-ce qu’une personne est rentrée chez lui ? Sacha étant un peu téméraire, va aller voir. C’est alors qu’un univers s’ouvre à lui et à nous par la même occasion. =)

Sacha va alors découvrir tout un nouvel horizon et des secrets de l’univers. 😜 Il va devoir faire face à beaucoup de nouveaux éléments.

Sacha est téméraire, il fonce un peu, assez courageux et parfois débile, particulièrement à un moment donné au début. Les gosses… enfin les mecs… (bonjour cliché moi) Il s’adapte très vite à sa nouvelle vie et ça me gêne un peu. Par exemple, je ne spoile pas promis, il dit un moment un truc du genre : « Merci, Grand Maître ». Pourquoi Grand Maître ? Personnellement c’est la première fois que je vois, parle avec une personne qui se nomme comme ça, ça ne va pas me venir à l’esprit de dire Grand Maître. Evidemment il a un prénom… C’est un jeune homme qui accepte tout, tout de suite. C’est une impression qui m’a été donné pendant tout le roman. Il va parfois se poser des questions mais ce n’est vraiment pas assez. J’ai le sentiment qu’il manque quelque chose pour renforcer ce personnage, qu’il manque un enrichissement ? Aucune idée, enfin il manque des choses. Un moment donné je n’ai pas compris, il dit qu’il n’est pas doué au combat puis plus tard, genre 1 ou 2 pages plus loin, il réussit à battre une personne chevronnée ? WHAT ? J’ai peut-être une idée pourquoi cette personne s’est laissée se faire battre. Enfin j’espère qu’elle s’est laissée se faire battre. Bref, il est plein de vie et également se laisse emporter par tout ce qui se passe. J’aurais vraiment voulu qu’il se pose davantage de question. Heureusement, qu’il y a une évolution entre le début et la fin, il se questionne un peu plus mais ce n’est pas assez. Il lui arrive un truc, hop il accepte. J’ai vraiment eu du mal avec cette sensation. Ce n’est pas tout le temps le cas, mais pour les principaux événements, ça m’a choquée. Il se pose peut-être un mot ou une à deux questions mais après basta, que dalle, quechi ! C’est une facilité n’empêche. Outre cette sensation donc, il  va apprendre.
Vous aurez compris, il y a Sacha mais pas que celui-là. D’autres personnages sont présents. Ils sont très diversifiés. J’en aime beaucoup. Je vais me taire sur les noms. Ce que je trouve dommage c’est que parfois, c’est un peu cliché, et une facilité psychologique également. Il y a une sotte, des guerriers, des forts tempéraments, des personnes qui font de l’humour, des ambitieux, des connards… en fait y a de tout.
Oh j’adore la boule de poils ! *-*

Après avoir parlé des personnages si nous passons à ce fabuleux univers ? 
L’univers est captivant. On apprend petit à petit à le connaitre. Les descriptions font que nous l’imaginons très bien. C’est un monde assez vaste et on n’a pas fini de le découvrir. L’auteur a une sacrée imagination. On se laisse facilement embarquer. Ce premier tome met une mise en place de ce monde avec beaucoup d’informations, des révélations, une cadence assez rapide qui parfois peut être gênante et d’autres fois pas du tout. On ne perd pas de temps malgré les facilités scénaristiques, les événements s’enchaînent. C’est un peu comme une introduction, on apprend à connaître et à côtoyer les personnages avec la base de l’histoire posée. C’est en plusieurs parties avec un début assez intense. Oui oui ! Impossible de le lâcher. C’est le calme avant la tempête, un petit instant d’insouciance. Puis les rebondissements explosent, on ne s’ennuie pas. Evidemment, on rit/sourit assez souvent mais parallèlement c’est souvent critique où j’ai failli avoir une ou deux crises cardiaques. Pour compléter un peu cet univers, on ne suit pas que Sacha mais également d’autres personnages mais principalement Sacha. =) Ça nous permet de mieux visualiser l’étendue de ce monde et encore on n’a pas tout vu. Qu’est-ce que nous prépare la suite ?
Il y a une certaine facilité scénaristique. C’est vrai que les événements s’enchaînent et parfois on ne voit rien arriver. La plupart du temps j’ai deviné et j’ai fait la danse de la joie. Comment dire, il y a des événements qui tombent comme ça, et on en sait pas pourquoi. Genre la scène de la grotte, mmmh. Toujours pas compris. Evidemment ça a une conséquence mais pourquoi comme ça, d’un coup ?! D’où elle sort d’ailleurs ? Je peux comprendre comment on y arrive mais nan je ne vois pas pourquoi y a ça comme ça. C’est un peu comme un raccourci, d’ailleurs il y en a beaucoup.
A quand la suite ? Je n’ai pas envie de quitter cet univers. 



C’est un premier tome qui pose les bases de l’histoire avec la mise en place d’un vaste univers. Nous sommes facilement happés dedans avec cette écriture fluide et addictive. Des personnages attachants ou détestables. Beaucoup de rebondissements sans pour autant oublier une sensation de facilité scénaristique.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy