Le Porteur de Mort, tome 2 - Tenshin, de Angel Arekin

Editions : Plume Blanche
Collection : Plume Noire
Autrice : Angel Arekin
Couverture : Nicolas Jamonneau
Parution : 9 Mai 2017

COUP DE CŒUR !!


Après 5 longues années d’apprentissage, Seïs rentre enfin auprès des siens. Cependant, l’appel du sabre grandit en lui et, malgré ses sentiments pour elle, Seïs abandonne une nouvelle fois Naïs, pour prendre ses fonctions de Tenshin à la capitale.
Le sacre du nouveau roi est l’occasion idéale pour mettre en action tout ce qu’on lui a enseigné à Mantaore… mais rien ne pouvait permettre de prévoir l’attaque d’envergure fomentée par le Renégat. En dépit de tous ces pouvoirs si durement acquis, Seïs ne peut rien y faire…


J’ai lu ce tome en deux fois. Dès que ma commande est arrivée, j’ai voulu me jeter dessus. Quelques temps plus tard, je n’ai pas pu résister. Je voulais tellement savoir la suite, tellement découvrir ce que cache encore plus ce monde et en même temps l’angoisse de lire ce qui va arriver à nos protagonistes chéris. Sauf après avoir lu 100 pages, même si c’était le calme avant la tempête, j’étais dans une période de bisounours, et comment dire… avec le Porteur de Mort, il ne vaut mieux pas pour mon cerveau. Heureusement que je l’ai écouté car il fallait se préparer aux déchainements des événements et du destin en marche. (oui, oui j’ai piqué un bout de la phrase sur la couverture, elle est classe, énigmatique et envoûtante. Hi hi).

Le livre commence doucement et je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir cette boule d’angoisse dans l’estomac. C’était trop calme. C’est le temps qu’on reprenne contact avec ce monde mais aussi laisser le temps aux protagonistes de se retrouver, de lire l’insouciance de la jeunesse avant que ça ne soit trop tard. Rapidement, les rebondissements commencent. On parcourt ce monde avec en plus de profondeur. On apprend énormément de choses, d’éléments qui piquent notre curiosité. J’ai tellement envie de connaître davantage tous les mystères que recèle cet univers.
Le premier tome servait d’introduction en ce monde, le tome 2 l’approfondie. On rentre plus dans l’histoire. Les investigateurs de tout bord passent à « l’attaque », l’échiquier est prêt, les pions sont installés. Les prémisses de la guerre se révèlent. Des personnages nouveaux arrivent pour donner plus de mystères ou de révélations.  Une attente insoutenable qui arrive et que j’ai l’impression qui se libérera à la fin du tome 6.  Des petits éléments qui nous poussent à tourner les pages, à nous interroger sur ce monde. Un passage que j’ai vraiment aimé est la description des chants de cor et de tambours. Je ne peux pas m’empêcher de frissonner. Déjà dans les films ou séries, c’est puissant mais imaginer, c’est avenant. Ces chants sont pour moi, l’atmosphère de ce tome 2.
Heureusement aussi, qu’on réexplique le folklore, la mythologie, les croyances et les terres d’Asclepion. J’allais beaucoup voir la carte au début du roman. J’aime bien visualisé et ça me permet de ne pas me perdre dans l’orientation. =P

A côté de ça, nos deux protagonistes doivent faire face à eux-mêmes mais également aux événements qui arrivent devant eux. J’ai pleuré. Deux fois. La suite va être pire. C’est intense, remplie de suspense et des descriptions qui nous font imaginer et ressentir plein d’émotions. C’est vrai qu’il y a des périodes « calmes » toute fois, n’empêche ça n’enlève en rien à cette tension qui nous suit depuis le commencement de ce tome 2. Ça fait du bien de souffler tout de même. Ça ne se précipite pas, l’histoire continue de se développer petit à petit avec cet air mystérieux, énigmatique, entraînant. Le temps que Naïs et Seïs prennent conscience de ce qui se passe. Le temps que l’histoire avance. En fait, ça s’intensifie en passant par un cran au-dessus. Le tome 1 est l’introduction, le tome 2 est la partie 1. J’ai aimé que Naïs et Seïs deviennent un peu plus matures. Leur psychologie n’est pas mise à l’écart. Elle est travaillée. C’est vraiment plein d’émotions.
Seïs est toujours le petit con, le petit enfoiré qu’on adore et qu’on déteste parfois. N’empêche, il évolue, murit mais a toujours son caractère. Il va commencer à prendre conscience de ce qu’il se passe autour de lui et pourtant il ne peut pas s’empêcher d’être toujours franc, un peu égoïste, orgueilleux. Une question me traverse l’esprit, va-t-il se transformer ? mmh difficile d’expliquer.
Naïs, on a le sentiment qu’elle est douce. Elle a son caractère, ce petit air naïf. Elle va évoluer et plus s’affirmer tout en restant elle au fond. Naïs va plutôt se révéler.
Les péripéties vont les mettre face contre terre, mais ils n’auront pas le choix de se relever et ils vont devoir prouver. Quoi ? Je ne sais pas. Prouver quelque chose en tout cas. Ça va les changer et j’ai peur que ça soit radical pour certaines émotions ou certains sentiments. Je tournais frénétiquement les pages, enfin à la lenteur de ma lecture, pour connaître les aventures de nos deux héros. Qu’est-ce qui arrive ? Qu’est-ce qui va leur arriver ?
En plus, les moments où on voit le point de vue d’un autre personnage m’intrigue énormément. Je me demande ce qu’il va se passer ensuite. Un univers qu’on sent très riche.

L’autrice, Angel Arekin, a toujours une écriture fluide qui nous transporte. Les descriptions nous permettent de très bien imaginer.


Ce tome 2 est encore plus prenant que le premier. Après l’introduction, on passe à la phase supérieure, on met la première pour nous ancrer encore plus dans cet univers énigmatique et ténébreux. L’histoire avance doucement et en même temps pas du tout, tout s’enchaîne. Des personnages plus nombreux, toujours attachants ou détestables. Un monde qui prend aux tripes. Une tension du début à la fin avec ces moments calmes qui permettaient de souffler mais de mieux approfondir la psychologie et de nous donner des morceaux d’un puzzle qu’on a envie de rassembler très vite. Vivement le tome 3 !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy