Primitifs, de Claire Caroll

Editions : Boz'Dodor
Collection : ?
Autrice : Claire Caroll
Couverture : Martine Provost
Parution : Septembre 2016
De retour dans son lycée après en avoir été exclu durant près d'un an, Samuel Dashwood n'est plus le sportif insouciant qui ne vivait que pour les conquêtes et sa bande de copains. Le garçon qu'il était n'aurait jamais posé les yeux sur Charlotte Casey. Mais, en cherchant désespérément le moyen d'effacer le drame qui a détruit sa vie, il a découvert que derrière le visage livide de Charlotte se dissimule une magie assez puissante pour réécrire son histoire. Avec l'aide de Pete et Meredith, ses deux meilleurs amis, Samuel va tout tenter pour dompter cette fille peu commode et lui dérober son pouvoir. Cependant, il apprendra vite que ses amis ont, eux aussi, un combat à mener.


Merci à Boz’Dodor ! =D

Le résumé me tentait bien et je me demandais ce que j’allais découvrir. Et quel rapport avec le titre ? Je ne m’attendais pas du tout à ça. Quelque chose de plus violent, sombre mais pas à une romance (même si j’espérais) qui prenne une grande place dans l’histoire avec des événements aussi classiques. Pourtant j’ai rien vu venir. Oh oh !

Samuel revient à son lycée et veut à tout prix se rapprocher de Charlotte. Pourquoi ? En même temps, Meredith essaye d’avoir une vie normale au lycée tout en rentrant le soir au manoir où un vampire la surveille. Comment elle est en arrivée là ? TAN TAN TAAAAAN mystère et boule de gomme !

Nous suivons deux protagonistes, Samuel et Meredith. C’est vraiment leur point de vue, nous rentrons dans leur tête, nous voyons ce qu’ils voient. Par leurs yeux et leurs oreilles. J’aime beaucoup ce style même si ça me dérange un peu. Ce n’est pas la faute des auteurs mais plutôt, à chaque fois, de la mienne. =P L’écriture de Claire Caroll est assez fluide. L’inconvénient c’est qu’il nous manque des passages, parfois j’avais l’impression de manquer un épisode. Certaines scènes  se juxtaposent et permettent de voir un ensemble. Toutefois, une impression également de ne pas comprendre une scène. Je ne pense pas que ça soit la faute du roman mais plutôt de la mienne. Au moins, relire certains passages m’a permis de comprendre. J’aurais aimé plus imaginé n’empêche.

Samuel est un garçon colérique sur les bords. On l’apprécie et pourtant il n’est pas commode. Il est impulsif, un peu égoïste et attachant malgré tout. C’est un être perdu, qui essaye de faire quelque chose dans sa vie et a des difficultés. Ses parents sont assez chiants, bon ils ont vécu un drame mais ce n’est pas une excuse. Ha ha ! Il est également déterminé. C’est le roi de la boulette.
Charlotte est repliée sur elle-même et va apprendre à s’ouvrir, à vivre, grâce aux touchés, à la présence, à la rencontre avec Samuel. En même temps, une peur grandissante la bloque. Elle est fragile et forte à la fois. Elle s’affirme au fil des pages.
Meredith est une jeune femme qui réapprend à vivre, à s’affirmer avec son passé mystérieux. Elle n’oublie pas et s’affirme.
Pete est celui qui est le plus authentique. Il fait avec les événements mais faut faire gaffe. Il ne change pas des masses. Il est constant et c’est vraiment appréciable.
Les personnages sont assez réalistes mais un peu avec des stéréotypes. On ne va pas dans la dentelle. Ils sont diversifiés et j’ai bien aimé qu’ils ne changent pas vraiment, qu’ils restent authentiques jusqu’au bout même avec les épreuves. Cependant ils évoluent à leur manière, apprennent malgré ce qu’ils traversent.

L’histoire est assez prenante. La construction se fait petit à petit et des morceaux de graines nous sont dévoilés de temps à autre. On fait la connaissance des personnages, puis de ce monde où y a des démons. Un univers inconnu et semblable aux nôtres à la fois. L’autrice fait dans l’originalité avec ces vampires entre autres. Parfois ça va vite, parfois pas du tout, c’est assez mystérieux. On se demande ce qui est arrivé à Samuel, à Meredith, à Charlotte ou encore à Pete. Le passé hante toujours le présent. Les protagonistes vivent leur vie avec leurs démons personnels et quand on ne s’y attend pas, l’action se passe. Ça nous permet de ne pas nous ennuyer, d’être toujours à l’affut. J’ai rien vu venir, je me suis laissée emporter par les pages. C’est d’abord sur le relationnel et la romance est bien présente. Elle évolue, fleur bleue également. Deux histoires d’amours différentes autant sur l’évolution que sur le relationnel.
Les retournements vont bon train. J’avoue que je m’attendais à une autre histoire. La romance prime plus et deux points de vue nous permettent d’élargir cet univers et ses problèmes. Enfin, les problèmes autour de Meredith et Samuel. L’histoire des primitifs m’a séduite mais j’aurais aimé qu’elle soit davantage développée, plus mise en avant, plus étoffée.
En plus, l’histoire est coupée en deux parties, enfin on sent qu’un nouveau chapitre démarre. Les titres des chapitres, j’ai adoré ! Samuel est mis en avant puis c’est Meredith. Les deux histoires m’ont plu. Chacun a ses problèmes et doit y faire face notamment Samuel qui est un petit con quand il s’y met. Les secrets se dévoilent au fur et à mesure. On se demande qu’est-ce qu’il s’est passé. Nous sommes dans leur vie, on vit à travers eux, on ressent leurs sentiments de vengeances, d’impuissances, de découvertes, d’espoir et de désespoir. Pour autant, il y a des questions qui resteront en suspens et un manque de développement scénaristique. A partir d’un moment, ça va trop vite. Ça se finit assez bizarrement et en queue de poisson.  Un sentiment de vide est présent à la fin. Une fin entre tristesse et sourire.




Primitifs est avant tout une histoire d’amour (même si y en a deux) avec des personnages diversifiés. L’histoire avec les « démons » est moins mise en avant et j’avais l’impression que c’était juste un épisode de la vie de nos protagonistes. Les événements s’enchaînent et je n’ai rien vu venir. Malgré tout, il manquait quelque chose pour compléter le récit. J’aurais aimé plus de grrrr. xD

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy