Overlord, tome 1 - Le Roi Mort-Vivant, de Kugane Maruyama

Editions : Ofelbe
Collection : Big LN
Auteur : Kugane Maruyama
Couverture/illustrations : so-bin
Parution : 11 Mai 2017
Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puissante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas déconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde.

Découvrez le roman à l'origine des manga et anime Overlord.



Merci Ofelbe pour ce service-presse !

Parlons d’abord des illustrations en couleur ! Je ne suis pas très fan du style car on dirait du brouillon, du gribouillis... fin’ ce n’est pas très clair. Les couleurs, ça change et en plus le livre est de qualité avec ça. Le roman se divise en deux parties qui font deux tomes en version japonaise.
Momonga reste jusqu’au dernier moment dans le monde de Yggdrasil. Alors qu’il devait être déconnecté automatiquement à cause de l’arrêt du jeu, il se retrouve propulsé dans cet univers, il se retrouve coincé dans le jeu. Moi qui pensais à un autre livre sur le virtuel, on se retrouve carrément dans un monde fantasy (voire les sous genres) « classique ». Au revoir les jeux-vidéos, bonjour le mélange de certaines capacités dans ce roman. L’auteur m’a surpris. Juste l’activation d’un sortilège/de la magie/d’une attaque peut rappeler le concept des jeux vidéo RPG (je peux me tromper aussi =P). En plus, dans certains mangas, les attaques sont citées voire criées avant d’être utilisées, du coup, c’était basique for me. C’est vrai qu’il y a les niveaux mais c’est différent. J’aimerai bien voir l’évolution et ce que l’auteur va faire de ça.

Alors oui, le héros n’est pas un héros comme les autres. Momonga est un Mort-Vivant. Dans un sens je l’aime bien, il essaye de s’adapter à sa nouvelle condition et à l’environnement, on apprend donc à le connaitre et ça me dérange pas, son côté « meurtrier ». Dans un autre sens, plus les pages défilaient, plus je restais indifférente. Après oui, j’ai été quelque peu surprise par certaines méthodes, certains ordres, certaines actions mais ce n’est pas dérangeant en soi quand on prend l’habitude de cette atmosphère. En plus, il doit ses problèmes personnels, particulièrement sa personnalité originale défaillante. Sera-t-il capable de conquérir le monde ?
Les autres personnages (enfin les sadiques je dirais) sont exquis.

Nous découvrons en même temps que notre protagoniste venu du monde des humains, ce nouveau monde. J’ai beaucoup aimé la première partie, nous découvrons tout. Ça démarre doucement, le temps qu’on intègre les éléments donnés. J’ai bien aimé m’aventurer dans le récit. Y a du calme mais comme on  voit ailleurs ça ajoute du peps. Les personnages, enfin les PNG créés par les Créateurs m’ont beaucoup plu. J’ai adoré apprendre sur eux, adoré exploiter un peu autre que le Tombeau, ouais c’est vraiment peu.  C’est une mise en bouche pour s’imprégner des personnages et de leurs idéaux. Faut laisser le temps des présentations et de mettre les bases des rôles. Les événements vont permettre à notre Mort-Vivant de se révéler et d’apprendre à manipuler, à jouer. Il est au stade 1 hein ! =D
La deuxième partie va plus profondément dans le royaume qu’on côtoie. On s’aventure plus hors du Grand Tombeau de Nazarick et ça permet de connaître le folklore plus précisément sans tout révéler. Les rencontres mettent en avant la personnalité de Momonga. On découvre d’autres personnages, certains très attachants et une sadique. Je l’aime bien. xD Mais je ne l’ai pas autant aimé que la première partie et j’ai été déçue de ce déroulement à la fin,  enfin de certains personnages. Tout ça pour ça. Même si c’était assez logique, ce n’est pas top. J’aurais aimé plus d’action mais pendant le combat je me suis un peu ennuyée. Certes c’était « instructif » la seconde partie mais pas trop palpitante.
L’humour noir va parfaitement avec « Overlord ». Je crois même que je rigolais là où il ne fallait pas (hi hi) et même la tristesse est venue.


Dans l’ensemble, j’ai bien aimé découvrir l’univers, fort intéressant. Une première partie qui m’a captivé tant par les personnages et le peu d’aperçu de ce monde. Une seconde partie plus « pédagogique » et « exploratrice », sauf que je m’ennuyais un peu plus. Overlord sort un peu des sentiers battus des autres romans du genre.  Je lirai la suite avec plaisir, je suis bien curieuse.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy