Celle qui murmurait à l’oreille du mec en costard, de Laetitia Constant

Editions : Pygmalion
Collection : ?
Autrice : Laetitia Constant
Couverture : Diglee
Parution : 21 Juin 2017
À vingt-sept ans, Fauve est une jeune femme dynamique. Gérante d’un haras atypique niché dans la forêt landaise de Gascogne, elle y exerce avec passion le métier de chuchoteuse. Elle soigne des chevaux traumatisés, tout en donnant des cours d’équitation responsable aux enfants.
C’est alors qu’une lettre de la mairie vient tout menacer : son terrain vient d’être acheté par une société immobilière qui veut l’expulser.
Non, elle n’a pas tant donné pour tout perdre aussi bêtement !
Elle se rend directement au siège de cette société traîtresse… pour découvrir que l’homme à la tête du projet n’est autre qu’un odieux personnage, arrogant et coureur, qu’elle a déjà eu le malheur de rencontrer. Le voici, semble-t-il, décidé à détruire sa vie.
Pour qui se prend-il ? 
Fauve ne se laissera pas faire !
Et la guerre est déclarée.


Merci à Pygmalion. =D

Fauve, notre héroïne, reçoit une lettre de la mairie comme quoi elle est expulsée. Elle se rend au siège directement de la société pour faire valoir sa parole. Elle découvre alors l’homme qu’elle ne voulait jamais revoir. TAN TAN TAAAAN !

Nous plongeons dans la vie de Fauve, une tranche de vie en fait. Ça commence doucement, le temps que l’histoire se développe. Nous sommes dans la vie de Fauve, on est autant concerné qu’elle par ses problèmes. On poursuit notre voyage doucement entre joutes verbales, personnages hauts en couleur sur un fond équestre (pas assez présent à mon goût). Oubliez les stéréotypes et les clichés. Ça fait plaisir de lire un roman où le féminisme n’est pas mis au placard. Ne vous inquiétez pas, c’est juste que ce qui me fait tiquer d’habitude n’y est pas dans ce roman. Outre, l’humour fait des étincelles. On dévore d’une traite cette romance fraîche et dynamique. 
Giphy
J’étais conquise dès le départ par cette écriture pimpante. Ce roman décrit une prémice d’une histoire d’amour. Nous découvrons l’histoire du point de vue de Fauve, cette chuchoteuse à l’oreille des chevaux. Le roman est différent des autres romances que j’ai lu. C’est comme si on avait le début d’une histoire et qu’on nous laisse notre imagination pour la suite. Je suis satisfaite de cette fin et en même temps pas du tout. 
C’est un réel plaisir de parcourir les pages pour découvrir la rencontre des protagonistes, la confrontation, la guerre entre eux. De voir les éléments et les événements qui petit à petit vont les faire changer d’avis, vont les faire évoluer. C’est une romance douce qui traite en avant la construction d’une relation et du relationnel sans pour autant oublier les caractères des personnes. En plus, des mystères resteront toujours dans le secret. 

Fauve est déterminée et réaliste. Elle est pépère mais un personnage haut en couleur. Je dis pépère car Celia bat tous les records. Bref, Fauve est une passionnée, les choses lui tiennent à cœur et elle est elle-même, nature peinture. Fauve se questionne sur ses sentiments et fait beaucoup d’erreur surtout vers la fin, mais enfin c’est le jeu ma pauvre Lucette, et est têtue. *yeux de tueur à Laetitia*
Jonathan est un grand mystérieux, séducteur et prédateur (pas moi qui le dit !). On sent qu’il y a une faille et j’ai aimé que cet homme, même si il s’est adoucit, soit toujours lui-même. Un salopard qui agace puis un salopard qu’on adore.
Celia, la meilleure amie de Fauve est une déjantée même si parfois elle m’a tapé sur les nerfs avec la situation célibataire. Têtue.
D’autres personnages font leurs apparitions, adorables ou détestables (l’avocate ! Je kiffe ce genre de perso).

Parfois, je trouve que tout se joue dans la narration. Il y a énormément de choses qui m’insupportent dans une romance de nos jours. C’est vrai que je n’en lis plus aussi souvent ou sinon avec des auteurs en qui j’ai confiance. Ici, rien ne m’a gêné tellement l’écriture de Laetitia Constant semble naturelle. Elle est vive, est parfaite pour ce roman. Y a du peps. C’est vrai que c’est le point de vue de notre héroïne mais sans les talents de l’autrice, je pense que je ne l’aurais pas savouré autant. C’est une romance fraîche, pas prise de tête, qui nous fait passer un agréable moment. 
J’ai beaucoup ri, souri et même pleuré. La peur a pris mes tripes pour, pas nos personnages mais, pour EUX. Ha ha ! 

Ah oui, le style du dessin de la couverture me disait quelque chose. C’est Diglee, l’illustratrice. J’ai croisé sa page au détour de facebook. J’aime beaucoup son style. 


C’est une tranche de vie d’une Fauve passionnée par le métier qu’elle fait. Une romance pleine d’humour qui se lit d’une traite et est parfaite pour se détendre. L’écriture entraînante et l’histoire réaliste nous font pas lâcher le livre une fois qu’on l’ait fini. Des fous rires face aux mots, des sourires tout le temps et une frayeur vers la fin qui nous font passer un agréable moment. Simple, efficace et énergétique. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy