Magical Girl Boy, de Môkon Icchokusen


Editions : Akata
Collection : WTF ?!
Auteur (Scénario/Dessin) : Môkon Icchokusen
Parution : 23 Février 2017

Saki Uno est lycéenne, mais elle est surtout membre d'un duo de chanteuse pop : les Magical Twin ! Le problème, c'est que son groupe ne rencontre pas du tout de succès… Dépitée, un soir, alors qu'elle rentre d'un concert catastrophique, elle trouve devant chez elle un yakuza fou furieux. Ce dernier lui apprend une drôle de nouvelle : sa mère était autrefois une magical girl, et c'est désormais à son tour de signer un contrat avec lui, pour protéger l'ordre et la justice ! Le problème, c'est que Saki n'est pas du tout emballée à cette idée. À moins que pour protéger l'homme qu'elle aime, elle ne soit d'accord pour se fighter contre des ours bodybuildés ?! Sa nouvelle vie de Magical Girl Boy (rayez la mention inutile) lui réserve bien des surprises…



J’ai pris directement les deux tomes à cause des couvertures et peut être du concept. Je n’ai pas l’habitude de voir un homme dans une sorte de robe, particulièrement une tenue dite féminine. En fait, je pensais que c’était un peu « philosophique » mais absolument pas. C’est bien mais sans plus.
J’ai lu les deux tomes d’un seul coup avec quelques longueurs, donc ça sera l’avis sur la saga réunie. =)

Après la lecture, j’ai vu que c’était dans la collection « WTF ?! », ça ne m’a pas trop étonné. Une adolescente, Saki, en rentrant chez elle voit une personne, un Yakuza qui se dit adorablement mignon, lui proposer d’être une Magical Girl. Elle apprend que le jeune qu’elle aime, Mohiro, est enlevé. Elle accepte le contrat mais petite surprise, elle devient Magical Girl Boy ! TADA !

Le speech est vraiment intéressant mais je n’ai pas accroché vraiment à cet univers et à l’histoire. Ça tourne tout en dérision. Certains dessins, je ne suis pas très fan, je sais que c’est fait exprès mais voilà… C’est vraiment léger comme manga. Il n’est pas prise de tête, tu te poses des questions et tu as vite les réponses. Il y a quelques petits clichés et d’autres absolument pas. HA HA !
Tout est en surface pour le relationnel, l’histoire et un peu les personnages. C’est surtout voir comment Saki Uno va accepter ses sentiments (on lui oblige limite à le crier sur tous les toits, hé hé) et accepter sa nouvelle condition. Le début était très prometteur, j’avais le sourire, c’était drôle. Néanmoins, le trop plein de blague n’a pas marché avec moi ainsi que les exagérations. Dommage que certaines scènes soient camouflées, ça aurait donné un côté plus « sanglant », « sadique » qui n’est pas le but du roman. Gloops. Ça part pas vraiment dans tous les sens pour l’histoire, enfin un peu, malgré tout il y a bien un fil conducteur. Il y a quelques mystères révélés et d’autres resteront secrets. Dommage, sniff… L’histoire est simple, classique mais quand même efficace. Je tenais à continuer pour connaitre le dénouement. Juste les scènes cocasses où j’ai commencé à décrocher pendant ma lecture. Les personnages ont quasiment tous un grain. Ce que j’aime bien, c’est qu’il faut aller au-delà des apparences, aller au bout de nos rêves, révéler ses sentiments voire même accepter les autres tels qu’ils sont.



Magical Girl Boy partait très bien où on pouvait rire, sourire à chaque page mais malheureusement je n’ai pas accroché aux blagues, à l’humour et à ce trop-plein de bêtises. C’est un peu en surdose même si c’est fait exprès. L’histoire a un peu de mystère et elle est simple ce qui n’est pas dérangeant en soi. J’ai commencé à décrocher dans le second et dernier tome mais on a au moins nos révélations ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy