Project Viper - Rising, de Ellen Raven Martin


Editions : L'ivre-Book
Collection : Imaginarium Science-Fiction
Autrice : Ellen Raven Martin
Couverture : Vael Cat
Parution : 18 Février 2017
Le temps est venu pour un nouvel ordre mondial. Les conflits armés font le bonheur des marchands de mort, membres de l’organisme qui chuchote à l’oreille des grands de ce monde. On crache sur son nom : Conglomérat, tout comme on s’incline face à son gigantisme.

Des cendres des États-Unis est née la Fédération, amalgame de quatorze Districts gouvernés par la despotique et non moins sulfureuse Présidente Erika Lawson. Face à la rébellion qui fait rage, celle-ci doit prendre des mesures drastiques.
Le Conglomérat se rencontre à l’occasion d’un nouveau sommet. Il décide de lui fournir l’avenir. Cyborgs de guerre ou machines douées d’une âme humaine, le nom de ces créatures reste incertain. Une chose est certaine : ce sont des Vipers.
Car tous sont membres du Project Black Viper.

Début d’une formidable saga de science-fiction et de cyberpunk qui va faire parler d’elle ; ne manquez pas le début du Project Viper.


Merci aux éditions L’Ivre-Book de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

Le résumé m’intriguait et je ne pensais pas au début que ça allait être sombre. xD Pourtant le speech donnait quelque indice. J’ai vraiment aimé ma lecture. Au début, on se demande ce qu’il se passe. Nous sommes directement dans l’ambiance et dans cet univers. Aryan Turner a pour projet les Viper, des êtres d’exceptions augmentés (donc cyborg quoi) à son service et surtout sous ses ordres. Qu’est-ce qu’il va se passer ? Faut lire ! En plus, c’est un monde où est née la Fédération où il y a 14 Districts et présidait par une Présidente mais le Conglomérat est quoi vraiment la dedans ? 

Ce premier tome est comme une introduction, une mise en place d’un début d’un projet, c’est un peu le cas de le dire. Nous ne rentrons pas totalement encore dans cet univers, on connait le fonctionnement mais pas le reste. C’est un roman mêlant « dystopie », anticipation, science-fiction mais plus particulièrement le cyberpunk. Je ne sais plus si j’en avais déjà lu, j’aime beaucoup voir des films sur les cyborgs. C’est noir mais pas totalement. C’est vrai que j’ai arrêté un moment donné car je n’étais pas dans ma période de lire du sadisme mais finalement je pense que j’aurais pu continuer et ne pas prendre une pause. Beh oui, c’est beaucoup plus intense dans les premières pages (50 je dirais). Passé  la barre des 50, j’ai fini d’une traite (bonjour insomnie !). Pour revenir, au début, j’avais cette boule de mal être, devant ce qu’il se passait. Oh les pauvres ! Au moins on voit bien tout un cheminement de pensées, d’évolutions, de changement pour arriver à ce résultat : être Viper. 
L’histoire est aussi des complots, des trahisons qui sont certes des sujets classiques mais qui ne gênent pas dans la lecture puisque c’est un peu en second plan mais tout aussi important. Les bases sont présentes. Un monde que je n’ai pas envie de vivre même si y a les cyborgs. Un monde dur où l’argent prime et un peu la loi des plus forts. Quelques points m’ont fait penser à notre réalité, ne me demandez plus lesquelles, là j’en serai incapable. En prime, c’est un peu la guerre constante dedans. =P

Zeera, je l’aime bien en tant que salope (genre au début, un petit sourire à chaque fois qu’on la lisait) mais elle perd un peu de son charme au bout d’un moment. C’est une femme indépendante et faut pas l’emmerder. Indice : elle aime le sang. Il y a aussi Blayne et Skylar, deux hommes au passé différent qui vont se rencontrer. Nous voyons comment ils vont changer, comment ils s’en sortent et dans quel état ils sont. Et Aryan Turner, cet homme énigmatique, puissant tantôt sympathique, tantôt calculateur qu’on apprécie malgré qui il est. J’avoue que je me pose des questions sur énormément de personnages. Je n’arrive pas encore à bien les cerner, du coup je me mets à douter. Une chose, je me méfie ! Au moins ça et j’ai hâte de lire la suite pour voir l’expansion de cet univers.  D’autres personnages font leur apparition, j’en ai appréciés et d’autres détestés ! N’empêche je doutais des personnages au fur et à mesure. Qui sont les méchants ? Qui sont les gentils ? Qui est réellement cette personne ? Pourquoi ? PourQUOI ? POURQUOI ? Un univers qui cache encore ses secrets puisque il est fascinant, prenant, interrogatif.
En parlant de ça, c’est assez psychologique. L’autrice met bien en avant le cheminement psychologique dans les concepts de soumission, de manipulation, de remodelage, de briser autrui ou encore d’influence, de chantage, d’endoctrinement. 

C’est le premier roman d’Ellen Raven Martin. Une écriture fluide et addictive. En plus, nous imaginons très bien ces scènes de tortures physiques et psychologiques.  Il y a beaucoup de point de vue dedans, on ne s’y perd pas et au fur et à mesure de la lecture, on prend plaisir à tourner vite les pages pour savoir ce qu’il se passe de partout. Un peu moins Skylar au bout d’un moment car il me brisait le cœur. 


C’est un premier tome prometteur qui nous dévoile un peu ce monde mais surtout ses personnages dont certains je ne suis pas arrivée à cerner. C’est assez psychologique. Un univers fascinant qu’on a hâte qu’il se dévoile davantage. Un début qui nous amène dans cette histoire de A à Z malgré ma coupure personnelle (je voulais juste un monde de bisounours et pas comme celui-ci =P). 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy