After Anna, de Alex Lake


Editions : Pygmalion
Auteur : Alex Lake
Parution : Février 2017
Une petite fille de cinq ans disparaît à la sortie de son école. La police n’a aucun indice. Pas la moindre piste sérieuse. La presse s’empare du fait divers et ne recule devant rien. Ses parents, Julia et Brian, vivent l’épreuve la plus effroyable qui soit. 

Pourtant, une semaine après l’enlèvement, Anna leur est rendue, indemne. Sans aucun souvenir de la semaine qui vient de s’écouler. 
Mais pour Julia, le pire reste à venir.


Merci aux éditions Pygmalion d'avoir permis de donner mon avis ! =D 
J'avais un peu peur de le lire car ce genre n'est pas ma prédilection. Finalement j'ai bien aimé. 
Une petite fille, Anna, disparaît à la sortie de l’école. Elle est retrouvée une semaine après et indemne. Pourquoi la rendre une semaine après l'avoir enlevée ? Pourquoi ?! Quel est le but ?

Le roman se divise en deux parties. La première avant qu’Anna revienne et la seconde, après qu’elle soit revenue.  J’ai beaucoup aimé qu’il y ait deux parties et que nous voyions la progression et l’évolution de l’histoire et des personnages. Enfin pour ces derniers, nous en  faisons plutôt la connaissance. 

Le début est assez intense nous suivons Julia, la maman de Anna, la petite fille disparue. On assiste à comment se déroule les recherches. Ça prend aux tripes. Les émotions sont retranscrites limite à la perfection. Nous découvrons donc les personnes autour de cette histoire. Le « cocoon » familial est bouleversé, explosé mais des questions s’invitent en exprimant des hésitations et des affirmations. C’est rare que je lise du « thriller » et j’ai beaucoup aimé comment l’auteur aborde tous les sujets présents. Par exemple, la presse et les réseaux sociaux, nous voyons bien notre époque un peu bête parfois – souvent – qui critique sans rien savoir. Du coup, c’est abordé, voire plus que ça, c’est un peu approfondi sans pour autant rentrer dans les détails. J’ai vraiment trouvé ça génial, car nous voyons les conséquences de beaucoup de choses. En même temps, ça intègre dedans l’histoire. =P Promis, je ne spoile pas, c’est une évidence d’ailleurs. =)

Je vous présente les personnages :
  Le kidnappeur, on ne sait pas qui c’est (sauf à un moment évidemment).  Nous avons de temps en temps son point de vue. Ce n’est pas pour me déplaire. Ça donne une atmosphère plus stressante, flippante car les mots sont assez préoccupants/alarmants mais tellement géniaux. L’écrit de ces passages nous montre la personnalité de cette personne et qu’on soit spectateur ou acteur, ça fait flipper. Pas peur extrême hein mais on s’inquiète tout de même. 
        Julia, une mère qui aime profondément sa fille. C’est elle que nous suivons en parcourant les pages. C’est une femme qui va beaucoup se poser de questions sur tout. Elle se cherche d’une certaine manière mais va également grandir dans sa façon de penser. Bon ok, y a l’enlèvement de sa fille mais pas que… 
  Brian, le père de la petite qui l’aime profondément aussi. C’est une personne qui m’a assez énervé quelque fois. Il est égoïste mais en même temps quelque chose le bloque. Quoi ?!  Beh faut lire hein ! Je ne vais pas tout vous dire. Je le plains dans un sens, mais dans l’autre je lui aurais cassé la tronche. 😃
  Celle qu’on déteste dès qu’on en entend parler. Edna la belle-mère est une grosse salope et grand-mère de la petite. C'est vrai qu'on a le point de vue de Julia mais je serai déjà rentrée dedans mère de mon mari ou non. Raaah que je hais ce genre de personne surtout dans les bouquins. xD Je ne peux pas vous décrire cette personne, je suis sans mot. Enfin si mais ça ne se dit pas dans un avis. Hé hé ! Vous allez l’adorer ! *ironie* Ah, elle aime beaucoup sa petite fille. =)
Il y en a d’autres mais un peu moins présent. =)

La psychologie est vraiment mise en avant. Ce n’est ni trop ni pas assez. C’est la dose qu’il faut pour comprendre, se méfier, douter, et également deviner. La psychologie des personnages est assez présente. Je n'ai pas envie de trop dévoiler pour vous laisser la découverte. On se doute beaucoup mais les actes/réactions confirment nos hypothèses. De toute façon je n'aurais pas pu vous la décrire car je n’ai pas les mots avec ce bouquin. J'arrivais à comprendre et à un peu cerner mais vous l'expliquer, ha ha ha, c’est une autre histoire… 

Dans la deuxième partie je suis devenue folle de rage. Ce qu'il se passe m'énervait à un point inimaginable. Si j'avais pu rentrer dans le roman et faire un carnage je l'aurais fait. Oui vous pouvez dire que j'avais des pulsions meurtrières. Le souffle coupé jusqu’à un petit passage calme et ça repartait pour un tour. C’est assez rythmant, entraînant et on ne veut pas s’arrêter face à l’ampleur de l’évolution de l’histoire et de tout ce qui se passe. Je faisais limite une nuit blanche pour le terminer mais fallait que j’arrête sinon je m’endormais assez tard. Je n’ai plus vu les pages défilaient. La première partie tout se met en place mais la seconde est intense. 
L’histoire est assez simple mais la « plume » de l’auteur donne toute la puissance je dirais de cette histoire. La construction également avec les deux parties jouent beaucoup. Donc, c’est simple et classique néanmoins efficace. Juste un peu déçue du « pourquoi » sauf que c’est parfaitement logique et cohérent. Les émotions font du yo-yo et nous passons par tout. Je suis très sensible et j’ai ressenti les émotions/sentiments de Julia. Les relations entre personnages sont géniales et conflictuelles (pour ne pas dire d’autres mots sinon j’aiguille vos hypothèses, pas bon quoi). 



L’histoire est prenante et entraînante. C’est plus qu’une histoire d’enlèvement, c’est autre et intense. On ne s’ennuie pas une seule seconde.  On passe par toutes les émotions. J’ai adoré ce roman. 

Commentaires

  1. C'est tout a fais mon genre de lecture ta chronique donne envie je note

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente qu'elle donne envie ! =) C'est vraiment sympa !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy