Le couvent des Damnées, tome 1 - de Minoru Takeyoshi


Editions : Glénat
Collection : Seinen
Auteur : Minoru Takeyoshi
Type : Seinen
Parution : Janvier 2017
Hérétique et incorruptible !

Au XVIe siècle, dans le Saint-Empire romain, l’inquisition condamnait de nombreux innocents au bûcher. Privée de sa famille, Ella se retrouve envoyée dans un couvent qui rééduque “les filles de sorcières”. Tortures et miracles viendront-ils à bout de la flamme de vengeance qui brûle en elle ?

Encensé par Hiromu Arakawa (Fullmetal Alchemist) ou Makoto Yukimura (Vinland Saga), cette première œuvre d’une jeune auteure brille par sa fougue. À l’heure où les héros deviennent chétifs et nonchalants, on a indéniablement envie de suivre cette héroïne forte et indépendante qui n’hésite pas à se salir les mains pour défendre ses idéaux et protéger les siens.


Je me suis jetée à l’eau pensant qu’il y avait du fantastique alors que  pas du tout ! C’est une réalité sanglante au temps de l’Inquisition  du XVIe siècle. Et je dois dire que c’est une très bonne surprise !

Ella une jeune fille va devoir aller dans un couvent pour se « purifier », elle va devoir face à elle-même mais également à l’enseignement de ce endroit mystérieux et secret. En perdant sa famille, Ella part en vengeance. 
Ella est une jeune fille assez spéciale. Je ne l’ai pas vraiment cernée. Elle a un côté « sauvage », battant et effrayant. Elle-même est aussi effrayée par ce qu’elle découvre et aussi par sa personnalité. Elle s’assume cependant il y a une fissure. 

J’ai été directement happée par l’histoire. Ce n’est pas ce que je lis d’habitude et ce premier tome m’a de suite plu. J’ai accroché directement à Ella. Je hais plusieurs protagonistes et ainsi cet univers sanglant, tortueux doublé de jeu de pouvoirs et d’obscurantisme. Même si ce n’est pas fantastique, le manga dégage une atmosphère mystique. Ne vous attendez pas à de la douceur mais de la noirceur. Le pouvoir et la religion sont mis en avant ainsi la manipulation de masse. 
Notre jeune héroïne va devoir prendre sur elle-même pour sortir de là. En prime, ce début (les deux premières pages) nous pousse à se demander : « qu’est-ce qu’il s’est passé ? ». 

C’est un univers prenant, ignoble. C’est très sanglant. Les dessins, les expressions des visages accentuent/renforcent le tout. Même à la fin du roman, je ne sais toujours pas quoi penser de cette héroïne ainsi que d’autres protagonistes. Le doute est présent. Nous sommes à fond dans l’histoire, entre larmes et tortures physiques ou psychologiques, on n’a pas fini de déguster. C’est vrai qu’il y avait des sourires mais face à l’ampleur de ces mystères, de ces secrets, de ces petits détails ou de certaines phrases, les interrogations sont nombreuses. 
L’environnement est vraiment propice à ce genre d’intrigue. On côtoie le côté obscur de l’humanité.
Je ne pouvais qu’être derrière Ella tout en ayant aussi avoir peur d’elle. Il y a une dame dedans, haut placé dans l’Eglise si j’ai bien tout compris est assez énigmatique. Le pouvoir reste quand même le pouvoir. =) D’autres personnages sont présents, alors alliés ou ennemis ?




C’est un premier tome fort tant dans l’histoire, l’univers et les personnages. Un tome sanglant qui nous pousse à tourner les pages pour voir comment notre héroïne, Ella, va s’en sortir. Des éléments nous font questionner énormément sur la suite des événements. Vivement la suite !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy