⁂ La Grande Muraille


Sortie française : 11 Janvier 2017
Réalisé par : Zhang Yimou
Nationalités : Américain, Chinois
Genre : Aventure, Fantastique
Distribution : Acteur (rôle)
Matt Damon (William Garin) ; Jing Tian (Commandant Lin Mae) ; Pedro Pascal (Pero Tovar) ; Andy Lau (Le stratège Wang) ; Lu Han (Peng Yong/Cadet Bear Corps)...



Synopsis :
Entre le courage et l’effroi, l’humanité et la monstruosité, il existe une frontière qui ne doit en aucun cas céder. William Garin, un mercenaire emprisonné dans les geôles de la Grande Muraille de Chine, découvre la fonction secrète de la plus colossale des merveilles du monde. L’édifice tremble sous les attaques incessantes de créatures monstrueuses, dont l’acharnement n’a d’égal que leur soif d’anéantir l’espèce humaine dans sa totalité. Il rejoint alors ses geôliers, une faction d’élite de l’armée chinoise, dans un ultime affrontement pour la survie de l’humanité. C’est en combattant cette force incommensurable qu’il trouvera sa véritable vocation : l’héroïsme.



J’ai bien aimé ce film malgré les petits couacs donc des incompréhensions personnelles de certains choix. J’ai juste eu aussi un petit problème d’orientation avec cette muraille. Hé hé !

C’est l’histoire de deux mercenaires venant d’Occident, William Garin (Matt Demon) et Pero Tovar (Pedro Pascal) cherchant la fameuse poudre noire. Ils vont tomber sur un mur assez impressionnant. Le problème c’est qu’ils se font capturer et autre problème, les Tao Tei, des méchantes bebêtes, arrivent pour détruire l’humanité. 

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi il n’y a que Matt Damon en tête d’affiche alors qu’il y a deux ou trois autres protagonistes qui sont autant principaux que lui. Je parle notamment du Commandant Lin Mae (Jing Tian), elle est à la même hauteur que lui.
C’est un bon divertissement, sincèrement, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. Ça démarre limite directement, on n’en prend plein la vue. On ajoute des personnages charismatiques en passant de l’étranger venu pour aider et se trouver, au gentil débutant et de la femme meneuse. Evidemment, il y en a d’autres….
Le personnage William est quelqu’un qui ne s’est pas encore trouver du coup. Il va voir une autre des combats, de frères d’armes tout en cherchant sa voie et prendre conscience de certains aspects de la vie. Comme un peu son borné d’ami, Pero mais lui toujours lui-même, jusqu’au bout de l’épée ou de la hache. 
Le Commandant Lin est une personne fière et elle peut ! Elle a une certaine prestance, charisme. C’est une meneuse où la confiance est souveraine. Et sérieusement, comment ça se fait que dans le marketing de merde, on n’a rien mis sur Jing Tian ? Elle est aussi l’héroïne de ce film comme Matt Demon. Faut amener les occidentaux à voir le film, c’est passable mais s’il vous plait, mettez le film en valeur tel qui l’est avec tous ses personnages !
Des représentants de deux peuples qui vont pourtant apprendre l’un de l’autre. Et une égalité homme-femme dans cette armée qui protège tout le monde des Tao Tei.

Justement, les Tao Tei, j’ai bien aimé esthétiquement ces bestioles. Elles sont supers bien faites comme les combats et ses angles de prises de vues et les ralentissements pour en mettre plein les mirettes. Je ne l’ai pas vu en 3D et ça me va parfaitement.  Concernant le scénario, il y a pas mal de raccourcis. J’essayais de comprendre certaines idées notamment le rôle des Bleus. Oui, « bleus » car chaque Commandant à sa couleur et a une fonction bien précise avec leur armée respective. Je pige toujours pas mais vraiment pas, c’est du suicide sur tous les plans même stratégiquement. Ha ha ! Comme je le disais plus haut, l’orientation géographique dedans a été un fiasco royal pour moi. Ha ha !



C’est un film qui déborde de clichés (fait exprès) en nous mettant plein la vue visuellement. Un bon divertissement qui nous embarque, du début à la fin malgré les couacs scénaristiques et mes incompréhensions.


Ps : Est-ce vraiment un historique ? Peut-il être une uchronie ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy