Perfect World, tome 1 de Rie Aruga


Editions : Akata
Collection : L
Auteur : Rie Aruga
Type : Shôjo, Josei
Parution : 13 Octobre 2016

Coup de cœur  !
Tsugumi, à 26 ans, travaille au sein d'une entreprise de design d'intérieur. Un soir, lors d'une soirée de travail, quelle est sa surprise de retrouver autour de la table Ayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant. Certaine que jamais elle n'aura la force (et l'envie) de fréquenter un homme "au corps amoindri", la jeune femme va pourtant sentir quelque chose bouger en elle…


Dès que j’ai su que cette série allait être publiée, elle m’a attirée et en même temps je la redoutais. Ce n’est pas courant que je lise sur ce genre de thème et j’avais peur de le lire à cause du thème et comment l’autrice allait aborder ce sujet ?! 


J’ai adoré ce premier tome et j’ai beaucoup pleuré. C’est vrai que j’étais dans une période sensible et comme je suis sensible de nature, badaboom. 
Tsugumi, lors d’un repas voit son amour (à sens unique) de lycée, Itsuki Ayukawa. Et là, le choc ! Itsuki est en fauteuil roulant. Elle ne s’y attendait pas et sa vie non plus… 

Ce premier tome m’a conquise. A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai déjà lu le tome 2 mais je voulais bien séparer chaque tome. Dès qu’on ouvre nous sommes happés dans l’histoire. Un petit début qui nous plonge dans la société.
Ce premier tome nous montre les difficultés d’une personne en fauteuil roulant, de sa vie en société ainsi que des regards des autres. L’aspect psychologique se dessine. On rentre carrément dedans. Ce manga passe tout en douceur et pourtant y a de ces émotions ! J’ai adoré rencontrer les personnages. Les deux héros sont différents et apprennent beaucoup surtout Tsugumi qui voit et qui est confronté à une personne handicapé. Une romance se met en place petit à petit pour continuer d’alléger le tout. Ce que j’ai bien aimé, l’autrice met en valeur la gravité du handicap sans pour autant oublier l’humain, la société et le relationnel. 
Qu’est-ce que j’ai pleuré. Je n’ai limite pas arrêté que ça soit triste ou beau. *splash* J’ai aussi beaucoup souri, ne vous inquiétez pas ! 
D’autres personnages font leur apparition. Une autre façon de voir surtout. =)  
J’aime beaucoup les dessins de Rie Aruga.


Tsugumi se questionne sans arrêt et voir le monde différemment. Une jeune fille qui va prendre conscience des difficultés de la vie mais surtout va se chercher. Elle est très émotive.  
Itsuki, un jeune homme qui nous montre une image « tout va bien » alors qu’il a encore besoin de soigner ses plaies. 


Un premier tome qui nous met une grosse base de l’histoire au sujet du handicap. On nous plonge dans le bain autant du point de vue de la personne en fauteuil roulant que ceux qui ne sont pas concernés et une particulièrement qui va être confrontée. Un premier tome tout en douceur, plein de subtilités, promettant une suite encore pleine d’émotions. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy