Piégés, de Christy Saubesty

Editions : Pygmalion
Auteur : Christy Saubesty
Parution : 16 Novembre 2016


Londres, 1853. Aaron Wendell, riche héritier et libertin à la réputation sulfureuse, n'imaginait pas que sa vie serait irrémédiablement bouleversée en se rendant à une banale partie de campagne. Abigail Fischer est très différente des femmes qu'il glisse habituellement dans son lit. Elle n'a rien d'une courtisane, n'est pas issue de la noblesse et n'a reçu qu'une modeste éducation. Abigail Fischer est aveugle. Lorsqu'il se porte au secours de la jeune femme tombée dans un lac, Aaron se retrouve piégé par les apparences et contraint d'épouser Mlle Fisher afin d'éviter le scandale. Pourtant, l'attirance qu'éprouve Aaron pour Abigail le pousse bientôt à la protéger de lui-même.


Merci à Pygmalion de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

Ca faisait un moment que je n’avais pas lu de Christy Saubesty.  J’adoore sa série « Kolderick » (ze veux la suite *yeux de chat potté) !
Et voici « Piégés » une romance historique, se passant à l’époque victorienne, légère qui nous fait passer un bon moment.  Aaron va devoir épouser Abigail, une jeune femme aveugle, après un incident. Sauf que des petits obstacles vont leur faire face. Ca va venir d’eux ou  d’autres personnes ? TAN TAN TAAAAAAN 


Piégés est tranquille et doux. Il n’est pas transcendant mais néanmoins prenant et surtout y a deux têtes à claques. On comprend parfaitement les peurs de nos deux héros, mais j’avais envie de les scotcher tous les deux un moment donné, ils sont insupportables… Les couillons. =D *-*

Abigail, donc une jeune femme aveugle, va se retrouver mariée. Elle a son train, train de vie, ses habitudes puis un jour, tout ça, va être chamboulé ainsi que ses émotions et ses sentiments. Elle va apprendre, elle va douter et surtout elle doit voir au-delà de son handicap. Elle m’a gonflée avec ça d’ailleurs. Abigail se trouve, enfin essaie. Un peu bête parfois. Elle est casse bonbon particulièrement sur un point. Je ne dis rien sinon je spoile. Hé hé ! Elle aussi est adorable.
Aaron est un coureur et Abigail va être sur son chemin. Il a peur aussi et il est bête. Il va devoir trouver un équilibre avec ses sentiments et ce qu’il veut. Ce n’est pas difficile pourtant. =P Le handicap d’Abigail va le freiner et il va devoir composer. Il tient à elle.

L’histoire est toute simple. On est de suite happés dedans. Je me demandais ce qu’il se passe et c’est très simple, une fois une information donnée de trouver la suite. Ça se laisse lire facilement et simplement. L’écriture de l’autrice est fluide et entraînante. Ça change de ses autres romans, l’écriture a évolué et est quelque peu différente aussi. Il y a un petit quelque chose que je n’arrive pas à identifier.
Le roman commence avec une grosse interrogation et va prendre un rythme néanmoins ce dernier se casse quand les deux zigotos vont s’interroger (Abigail va faire un remake « ô rage ô désespoir », Aaron c’est « oh non il ne faut pas, je vais lui faire du mal » (ne me jetez pas la pierre, c’est comme ça que je les vois)). Moi en mode HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA VOUS AVEZ FINI OUI !! Ce passage était très long et plat, les deux m’ont tuée. Leurs pensées étaient ennuyeuses mais pas leur psychologie. Une envie irrésistible de les secouer et de les cogner l'un contre l'autre. Si je fais exception de tout ça, le début est assez prenant, y a le passage ennuyeux puis j’avais peur vers la fin. Peur de quoi ? HA HA ! Tout s’accélère à la fin !
Les descriptions nous font bien imaginer et on nous imagine sur les lieux. Une particularité du côté Abigail. Vous verrez, ça rend le récit plus vivant si je peux me permettre.

Il y a des personnages secondaires et certains je les adooore ! Est-ce qu’il va avoir des suites avec eux ? Christy Saubesty, je veux les suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiites ! *-* Selina… *sifflote*
Ils donnent plus de peps à l’histoire et aident énormément nos héros. La famille est importante dans le récit ainsi que l’amitié et évidemment l’amoûûûûûr. Oui j’écris autrement. =P
Il me manque des nouvelles d’un personnage particulier. Je suis inquiète pour elle. Oui, c’est une femme. Hé hé ! 
La narration est à la troisième personne puisque nous avons plusieurs points de vue. J’aime beaucoup ce procédé, ça nous permet de voir ailleurs. Ça enrichit le texte. C’est ponctué d’humour et de gros sourires aux lèvres.



C’est un roman qui nous fait passer un bon moment. Les protagonistes sont attachants même si on a envie de les frapper l’un contre l’autre. Les personnages secondaires sont géniaux et donne un plus au récit. Un début qui commence fort, entraînant et prenant. Même si il y a un passage à « vide », qui m’a énervée, on se laisse emporter par l’histoire et surtout il y a un gros point où on veut connaitre la fin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy