Antarès, de Marie-Pierre Bardou

Editions : Hélène Jacob
Collection : Littérature
Auteur : Marie-Pierre Bardou
Parution : 4 Juin 2013

Résumé :

Hiver 2012. Une terrible vague de froid s’installe sur l’Europe, puis sur le monde.

Les black-out électriques se multiplient dans les villes, obligeant les citadins à s’installer dans des abris de fortune. Les émeutes éclatent, les magasins sont pillés, et le monde s’installe peu à peu dans l’immobilisme : les entreprises ferment, les véhicules n’ont plus de carburant. Les campagnes sont désertées, et la population tente de survivre comme elle le peut. Internet s’éteint enfin, dernier témoin d’un univers vivant.

Dans ce monde de glace et de silence, Camille et Romain vivent en autarcie presque complète.

Le frère de Camille, Thomas, et sa famille, trouvent refuge chez eux. Pendant ce temps, Aïdan et Connor, leurs cousins, essaient de les rallier en faisant d’étranges rencontres sur leur route…

Leur unique lien est une étoile, Antarès, le cœur rouge de la constellation du Scorpion. Une étoile qui, dit-on, serait déjà morte depuis plusieurs siècles. Ils la suivront pourtant, morte ou pas, jusqu’à gagner leur survie – ou jusqu’à leur perte.



Mon avis :
Merci aux éditions Hélène Jacob de m’avoir permis de donner mon avis. =D

Le résumé était tentant et je me demandais qu’est-ce que ça pourrait être. Je l’ai fini en moins d’une journée. Nous suivons des personnages mais comme c’est court on n’a pas le temps de tout développer. 
Un froid glacial sévit dans l’Europe et dans le monde. Beaucoup de personnes se voient restreindre pour se chauffer et la nourriture est rare. On va lire comment des personnages s’en sortent, une famille. =)

Ce roman est court j’ai trouvé. Il y a une histoire même une fin mais « Antarès » aurait pu être beaucoup plus développé. L’histoire est assez intéressante. Je me suis laissée facilement prendre dedans, et je voulais savoir si il y en avait qui allait mourir. Ce n’est pas lourd, c’est léger, on se pose des questions au fur et à mesure. On essaie de trouver le lien entre les scènes que voient les personnages ainsi que les articles de journaux. Ces derniers nous informent et surtout nous montrent la voie de l’information et du journalisme. C’était bien trouvé. 
Pour les personnages, y en a beaucoup mais nous voyons surtout les points de vues de Camille et Connor. Sinon, je suis restée septique sur le sang froid de Camille à une scène. Je crois que je suis choquée, ouais ça doit être ça et j’aurais voulu savoir beaucoup plus sur ce personnage.
Tout le monde apprend, analyse, regarde et se dispute.

L’histoire est géniale, je me suis régalée. J’aurais aimé tellement plus, tellement plus d’informations, de pages, de développement. Dans un sens c’est aussi bien comme ça mais je suis tout de même frustrée car il y avait un sacré potentiel pour développer. Je suis restée bête devant la bêtise humaine et pourtant c’est très réaliste. Je ne vois pas trop le rapport avec Antarès mais ça coule de source dedans. Il y a beaucoup de raccourcis mais ça ne se ressent pas. Il y a juste la fin où je suis dépitée car tellement de questions sans réponses que c’est énervant. Cependant ça rajoute un brin de mystères qui envahi et qui est le roman. 


Ce roman nous fait réfléchir sur certains aspects de la vie. Il y a plusieurs personnages avec différents caractères. Je me suis prise dans le jeu de la « survie », des relations entre personnages ainsi ce qui peut être réaliste. Parfois ce n’est pas futée et j’étais grognon à la fin me disant « c’est déjà fini ?! ». J’ai passé un agréable moment. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy