Kayla Marchal, tome 1 - L'Exil de Estelle Vagner

Editions : Chat Noir
Collection : Cheshire
Auteur : Estelle Vagner
Couverture : Alexandra V. Bach
Parution : Avril 2016



Résumé :
Ironique destin que d’être née morphe… sans forme animale. Source de honte pour sa famille, Kayla Marchal, petite fille de l’alpha, est également considérée comme le maillon faible de la meute de la Vallée Noire. Aussi en est-elle chassée, elle qui n’a jamais mis un pied hors du territoire.
Alors qu'elle commence à goûter à la liberté et à s'intégrer au sein d'un autre clan, les vrais problèmes commencent. Mais déjà trahie une fois par sa meute d’origine, à qui pourrait-elle se fier ? À Ian, le loup aussi beau qu'insupportable ? À Max, le renard au passé mystérieux ? Ou à Jeremiah, l'irrésistible humain ?
Et ce fichu karma qui la prive de forme animale continue à se moquer d’elle, car tout le monde autour d’elle semble porter un masque… Inaptitude du passé et problèmes du présent vont venir, main dans la main, perturber la jeune morphe, avec des liens qu’elle était loin de pouvoir soupçonner.


Mon avis :
Avant de lire mon avis, je dois vous dire que l’héroïne je ne l’ai pas supportée. J’ai eu envie d’arrêter (et de brûler) le roman plusieurs fois à cause d’elle. Vous allez vous en apercevoir. J’en ai après elle donc il ne faut pas vous inquiéter. =D Une sacrée dent !

J’hésitais entre trois envies du moment et je suis tombée sur une page, ça m’a donné envie de le commencer. Pour le coup, je suis déçue. Ma curiosité me perdra un jour car j’ai lu jusqu’au bout mais j’hésite à lire la suite, non pour l’histoire mais pour la dindasse qui sert d’héroïne. 
J’ai hésité aussi à le prendre mais comme j’adore cette maison d’édition, je me suis laissée tenter. Le résumé m’attirait à moitié à cause des trois prétendants qu’elle aura d’après la quatrième. Ces trucs me gonflent. Déjà que je n’aime pas voire déteste les triangles amoureux alors quand il y a plusieurs prétendants… No comment… Mais je teste !

Kayla s’est faite virer de sa meute et va rencontrer des personnes. Elle va apprendre beaucoup de choses malgré elle.
Un truc qui m’énerve c’est quand la fille reste tétanisée devant un regard et qu’elle en parle pas en une phrase mais trois plombes. Oops. Mauvaise période ou pas pour ces trucs. =P He he he !
Un aspect que certains auteurs mettent pour les métamorphes ou autre d’ailleurs et que je commence à détester surtout si c’est souvent dans un roman… Faut lire pour comprendre. Oh la la les hormones !!!! OUHLA ALERTE ROUGE !! =P
Les 100 premières pages sont ignobles pour moi. Mon cerveau a surchauffé et Kayla est insupportable, je voulais la brûler vive. Quand il n’y avait pas que ses pensées sur les gars, ça allait mieux. Hormones out. Cerveau out.

Kayla est la cruche en puissance, naïve, fleur bleue et complètement débile (je vais rester polie). Oops. Elle a un ego aussi et a été tellement meurtrie et élevée d'une manière violente que quand elle découvre que ce n'est pas vraiment normal beh elle devient plus débile et veut montrer ce qu'elle vaut. Les petites taquineries deviennent pour elle, une attaque (un peu normal aussi). Parfois on lui disait des choses gentilles ou des compliments mais je rigolais trop toute seule. Après y a le contexte des morphes, je vous l’accorde néanmoins certains caractères m’agacent. Pas que dans ce livre hein, je préviens. =)
Quand elle parlait avec ses hormones sa voix n'était pas trop niaise dans ma tête, elle a eu de la chance. Je levais plutôt les yeux en fait dans la limite du raisonnable. Mais d’un chapitre à l’autre Mlle Hormones a arrêté un peu son obsession… Bizarre =/ Je me demandais si je rêvais. Hi hi !
Elle est superficielle sur certains bords. Ce n’est pas vraiment sa faute mais des autres pour les sorties par exemple. Les envies de meurtres ne sont pas allées de main morte avec moi. MOUAHAHAHA !
Kayla se pose des questions quand même mais au bout d’un moment. Puis elle oublie. Elle veut tellement aimer et être aimé normalement que c’est une pauvre cloche quand elle s’y met. Elle se cherche, essaye de se trouver mais je l'ai trouvée fade. 
Je veux bien qu’elle ait grandi avec une éducation différente par rapport aux autres, qu’elle fût un peu coupée du monde et qu’elle ait un ego morphe. N’empêche, j’ai une limite dans ce genre de livre.
Mon cerveau était stone passé les 150 pages. Crevée dans la soirée. Je me fourvoie, peut-être ou non ! Même le lendemain, c’était plat dans ma tête. =/ Pouf.

Âmes sensibles s’abstenir de lire la phrase suivante, elle n’est pas censurée ! *sourire diabolique*
« Putain je suis allée jusqu’au bout alors que je voulais tuer, torturer et enterrer vivante l'héroïne et de lui dire va baiser un bon coup pour ta connerie obsessionnelle cruchiasse ! »
Oui, je peux être très poétique. /fin de la parenthèse


L’univers est vachement intéressant ! Il y a de l’humour  et certaines pensées m’ont fait rire.
Je vais parler de l’histoire sans parler de Miss Hormones. L’histoire donc est simple, classique mais avec ce brin de mystères qui ne demande qu’à être révélé. Je lisais pour ça car je me demandais un peu de quoi ça parlait à la fin et je suis morte de rire du coup, je suis en train d’imaginer le tome 2 vu les « révélations » qu’on a et que Miss Hormones a sans les avoir (Oops je viens de citer son nom euuh surnom). Comme je le disais il y a des petits mystères qui ne sont pas développés mais qui mettent une base, petite sur l’histoire du fond. 
Si je vous dis que je n’ai pas vu venir certains éléments, c’est faux parce que je suis allée vers la fin pour voir si l’histoire me titillait. D’autres oui par contre je ne m’y attendais pas à certains petits rebondissements. =) Il y a quelques longueurs et la partie qui asticotait mon cerveau n’est pas encore vraiment présente. Quelques petits fragments venaient de temps à autre avec des gros points d’interrogations. 
On est beaucoup dans la vie de Kayla, en même temps c’est logique puisque c’est écrit avec le premier pronom personnel mais l’histoire (intéressante) passe au second plan tellement que ça ne m’a pas surprise certaines choses avant d’aller voir la fin. Le temps que ça se mette en place et tout et tout. Qu’elle apprenne la vie. Qu’elle voit certaines choses. Qu’elle essaye d’évoluer. La partie sur le passé est intéressante mais encore en surface. 
D’ailleurs, c’est un peu, voire beaucoup cliché certaines réactions, pensées ou idées mais y a quand même une touche de l’auteur. Comme par exemple : tu sors faut se maquiller limite en pot de peinture, porter des tenus très sexy. « Nan mais c’est vrai tu sors faut être comme ça, O-BLI-GÉ quoi » *voix  hautaine de garce* *image de la fille qui mange un chewing-gum la bouche ouverte et enroule ses cheveux autour du doigt et elle porte des couettes* Kayla n’y était pour rien remarquez mais j’ai eu mon quota.  MOUAHAHAHAHA ! Je ne veux pas tout révéler donc je ne dis rien pour d’autres clichés. =P
Je ne peux vraiment pas m’empêcher de parler d’elle ! Pffff ! =P
Je me demande ce qu’il va se passer dans le tome 2 surtout si Kayla arrive à cogiter ! Dur de choisir un mot pour ne pas spoiler. Je suis morte de rire d’avance devant le foutoir que ça va être. He he ! Il y aura des éclaircissements. 

La couverture est magnifique !! Et en plus signée Alexandra V. Bach. ♥


Comme c’était un supplice les 100 premières pages puis je n’ai pas trop apprécié vraiment ma lecture à cause de Kayla et que l’histoire qui m’intéressait soit un peu en surface dans ce premier tome, j’hésite à lire la suite. =P

Commentaires

  1. Bon euh honnêtement vu ton avis très...poétique (XD) sur l'héroïne je vais passer mon tour. Les héroïnes cruches à ce point, ce n'est pas possible pour moi et ce même si l'univers est sympa. Dommage, parce que en effet la couverture est sublime !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis en train d'y lire là et je voyais que des bons avis sur Livraddict, je suis méga contente de tomber sur le tien qui fait grave écho à mes pensées ^.^ le sexisme débordant (d'un côté comme de l'autre), j'en peux plus ! On dirait qu'ils sont tous et toutes des tranches de viande. Sérieux, c'est lourd. Et puis les clichés et stéréotypes ça va bien cinq minutes mais marinés à toutes les sauces, c'est plus possible ! Il y a un moment qu'était assez chouette, genre entre la 150 et 200 page je crois, quand Kayla est littéralement plus elle même si tu vois ce que je veux dire et donc elle arrête de nous pomper l'air avec ses histoires d'amour. Parce que je m'attendais à un bouquin un peu badass et je me retrouve avec une ado qui se tâte entre quinze mâââles et c'est vraiment triste sa vie parce qu'elle arrive pas à choisir. Stoop ! Mdr
    Bref, je crois que tu peux voir que t'es pas la seule à avoir été énervée (moi aussi j'ai pensé au bûcher)
    Uhu

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy