Le Gardien de la Source, de Vanessa Terral

Editions : Pygmalion
Auteur : Vanessa Terral
Couverture : Miesis
Parution : 13 Janvier 2016


Résumé :
« Puis elle le vit. L’individu qui l’observait se tenait en retrait, à l’opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l’assemblée des gens biens nés. D’ailleurs, ceux-ci l’évitaient. C’était presque imperceptible mais le flot des civilités s’écartait de lui dans une valse consommée. »
En cet été 1814, Marie Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du compte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d’un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n’est plus tout à fait la même…
Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène ? Et pourquoi le mystérieux Lazare,  baron d’Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante ?


Mon avis :
J’ai eu du mal à lire « Le Gardien de la Source », c’est l’histoire qui me tenait pour continuer le roman. Je m’excuse d’avance si je n’ai pas compris certaines choses.

Je ne sais pas si c’est l’écriture où je n’ai pas l’habitude ou les quelques longueurs qui m’a valu à faire durer la lecture deux semaines. Ce n’est pas de moi.  
C'est un roman où j'ai eu du mal à le lire. C'est écrit poétiquement et aussi avec du vieux français. Quand on n'a pas l'habitude, on est un peu perdus.  Il faut avoir un certain vocabulaire et si on veut se détendre pour moi c'est raté. Je devais décortiquer certains paragraphes. Plein de métaphores (qui arrive d’un coup et je me demandais ce qu’il se passait parfois ou pourquoi il y avait ça, pouf) et je galérais. Par contre les mots du sud qu'est-ce que je rigolais. =D C'est complètement littéraire et quand on n'a pas l'habitude, c'est vraiment dur. Il y a beaucoup de références et on s'en rend compte même si on ne les reconnaît pas ou si on ne sait pas ce que c’est vraiment.  =P
Bien que ce soit particulier, les descriptions nous font bien imaginer, voir vivre les scènes et sentir les odeurs… quand je comprenais bien ! =P

Comme j’ai débuté par l’écriture et mes difficultés, je vais parler de l’histoire. J’ai bien aimé même si c’était un peu long à se mettre en place, on voit les difficultés de chacun, leurs problèmes et surtout leurs évolutions. Entre temps, il y a des petites apparitions « surnaturelles », surréalistes. Ça titille notre curiosité. Même si ces petits passages nous entraînent et nous font questionner, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire que quelque chose me dérangeait pendant ma lecture. Je ne sais pas ce que c’était, peut-être l’impression qu’on n’avance pas assez vite ou que je me perdais dans des passages ou des explications. Il y a des scènes, je me demandais pourquoi elles y étaient... Quand je vous dis que j’ai eu un problème, ce n’est pas pour rien. =P
Après il y a la Source, c’est beau, j’imaginais très bien car les descriptions le permettent mais on survole un peu cette histoire. J’aurais aimé en apprendre davantage sur cette malédiction. 
Ce n’est pas bien approfondi pour moi et c’est une « romance » un peu longuette. 

Les personnages sont attachants. Anne-Hélène est particulière et change énormément. Lazare, a un tempérament qui « contrôle » et une affection énorme pour « ses protégés ». Les deux sont plein de mystère, une a la joie de vivre mais découvre la réalité, et l’autre, fait avec ses actes, et il est plus sombre. Pourtant, ils vont apprendre chacun petit à petit et doucement. 
Leurs dialogues sont hauts en couleur et m’apportaient une « pause » entre les explications. 

C’est vraiment intéressant de voir ce temps de l’Histoire qui est souvent en décor dans les romans. Je connais plus le XIX Britannique, enfin Victorien et le début également que la France vers la chute de Napoléon. Malgré la romance et les petites longueurs pour moi, on est imprégné par l’Histoire de cette période même si j’ai mis un moment, pour savoir qui était le Corse. Mon cerveau n’était pas réveillé. Vanessa Terral nous montre l’aristocratie, enfin ce qu’il reste et comment ça revient. Un sujet pas courant et pourtant passionnant.

Comme j’ai lu « Vanessa Terral inaugure un nouveau genre en transposant le mythe d’Hadès et Perséphone au XIXe siècle », j’ai cherché qui pouvait être qui. Oops. MOUHAHAHAH !
La couverture est magnifique, très mystérieuse. Elle est signée Miesis. =)


« Le Gardien de la Source » a été difficile à finir car je ne comprenais pas tout avec ce vocabulaire, et ses métaphores. J’ai mis un moment n’empêche. Je n’y arrivais pas mais l’histoire est tout de même intrigante. La touche fantastique nous pousse à continuer et aussi à voir comment va évoluer les protagonistes.


Merci aux éditions Pygmalion ! =)

Commentaires

  1. Oups ça avait l'air ardu, j'aime bien 2 autres écrits de l'auteure une nouvelle dans Black Mambo et l'Aube de la guerrière
    Je testerai peut-être celui-là un jour, faut voir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi en tout cas, je n'ai pas l'habitude de ce genre d'écrit. J'avais lu "l'Aube de la guerrière" et dans mes souvenirs, c'est différent. =)
      Tu as lu les autres écrits de l'auteur ?

      Supprimer
    2. Oui et justement aucun des 2 autres que j'ai cité n'est en langage soutenu donc c'est peut-être juste pour coller à l'époque et au milieu

      Supprimer
    3. Oui, ça colle à l'époque mais je ne sais pas, j'ai bloqué. =P Je ne suis peut-être pas faite pour ce genre d'écriture. x)

      Supprimer
  2. C'est quand même dommage si c'est difficile à comprendre, pour se détendre ce n'est pas le top :/ Mais d'un autre côté le résumé me plaît bien alors je ne sais pas trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà pour la détente je repasse. =P L'histoire dont parle le résumé est bien. =)

      Supprimer
  3. Ben tu vois, finalement, j'ai envie de le lire !!! Tu n'en fais pourtant pas l'apologie...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy