La dernière fée de Bourbon de Ophélie Bruneau

Editions : Chat Noir
Collection : Cheshire
Auteur : Ophélie Bruneau
Couverture : Nicolas Jamonneau
Parution : Septembre 2015


Résumé :
Empire Britannique, 1873, sur l’île Bourbon hantée par les diwas, des créatures magiques, imprévisibles et dangereuses.
Lisha Payet, retirée toute petite à sa famille, a grandi sur l'île Maurice voisine. Quatorze ans plus tard, elle revient à Bourbon pour y devenir une parfaite épouse victorienne, sous l'œil critique de la bonne société saint-pauloise.
C'est sans compter le conflit qui éclate sur l'île. Prise malgré elle dans ce soulèvement, Lisha devra choisir son camp. Famille adoptive ou liens du sang ? Obéissance ou transgression ? Ami d'enfance ou officier à la beauté troublante ? Si encore elle ne jouait que sa propre vie ! Mais l'île Bourbon, à travers sa dernière fée, lui a confié son destin et celui de toutes les créatures qui l'habitent.
Du battant des lames au sommet des montagnes, Lisha en apprendra plus qu'elle ne l'aurait souhaité sur les diwas, les hommes et sur elle-même.


Mon avis :
Lisha, fraîchement mariée, arrive sur L’Ile Bourbon mais une fois là-bas, le passé la rattrape et l’avenir de l’ile est en jeu.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, elle nous transporte doucement dans cet univers qu’on connait avec un monde magique en plus. Je ne connais pas bien l’Ile de la Réunion (île Bourbon), et je l’ai visitée un peu dans ce roman. On voyage, on apprend les villes. J’avoue que je me suis un peu perdue au début puis après dans ma tête c’était plus clair. L’auteur s’est servie de l’Histoire tout en la façonnant pour écrire son livre. Une note d’Ophélie Bruneau nous donne quelques précisions à la fin et elles étaient les bienvenues puisque je ne connais rien de l’histoire de la Réunion. NADA malheureusement.   
Au commencement je n’arrivais pas trop à imaginer les diwas, des créatures magnifiques et magiques. Puis, j’ai eu la lumière qui clignote dans ma tête. Tout s’est éclairé et puis j’ai jeté un coup d’œil à la couverture. Mon cerveau marche souvent au ralenti et le temps que ça monte tout en haut, beh on a le temps de couler. =P
Revenons à La dernière fée de Bourbon. Elizabeth dite Lisha est notre héroïne mais comme c’est écrit à la troisième personne de temps à autre nous voyons ailleurs et on se pose encore plus de questions. Tout doucement mais fatalement nous nous approchons de la véritable intrigue à savoir le destin de l’île Bourbon et ses habitants. Je ne peux m’empêcher en lisant ce nom de passer au whiskey. Eh oui, on ne va pas se refaire. Niark niark ! =P

Lisha est une jeune femme, 17 ans pour l’époque c’est « déjà » une femme. J’avoue être étonnée de l’âge jusqu’à que je me rappelle de l’époque. Et oui, parfois on s’imagine des héroïnes plus âgées.  Elle est un peu naïve au début sans le vouloir et on s’attache dès le départ à elle. Je me sentais proche d’elle tout en étant loin (Oui quelques désaccord entre nos caractères par exemple =P), on la voit évoluer et avancer dans ce monde qui décide à sa place. J’étais contente de sa progression, de son affirmation, de sa « libération ».
Nous avons d’autres personnages qui sont pourtant importants mais qui pour moi étaient un peu secondaires également. Ils apportent tous quelque chose à l’histoire et à notre héroïne. Une petite pensée pour Kala, Jocelyn, Gabriel et Pierre-Matthieu. Encore une autre pour Fiim. =)

Comme je disais la principale attraction de l’histoire arrive tout doucement. J’ai l’impression que le livre se déguste par la façon dont c’est écrit. Je ne sais pas, la plume de l’auteur nous emporte facilement dans le roman. Quand je regardais le nombre de pages lu, j’étais déjà arrivée à 100 pages puis 200 et le dernier tournant. Je n’ai pas vu les pages défiler, ça se lit très facilement, on se laisse emporter pourtant l’histoire avance avec délicatesse. Je ne l’ai pas vu venir. On s’immerge dans ce monde victorien et colonisé. On progresse lentement, on s’invite dans ce monde. BROUUU révélation boom ! On continue pour apprendre sur les diwas, sur cet univers, sur cette île et ses habitants. Le passé toujours vivant quand on veut aller vers l’avenir. Les événements arrivent et se précipitent quand on commence à être à la fin. Les éléments se dévoilent sous cette couche de magie. Le cœur tambourinait à une vitesse folle, j’ai versé ma larme et ai été surprise par cette fin. La vérité se dissipe au fur et à mesure. On joue un peu à cache-cache pour savoir. Oui je réinvente ce jeu. =P
Quand les choses commençaient à s’accélérer, je ne voyais pas le temps passer.

Ça change de L’Ouroboros d’Argent, un autre livre de l’auteur qui m’a conquise. J’ai adoré lire La dernière Fée de Bourbon, ce n’est pas un coup de cœur car il manquait quelque chose au fond mais je suivrai l’auteur à présent.
Une uchronie qui nous embarque dans une folle histoire où des manigances vont titiller notre curiosité. Le destin de Bourbon est entre vos mains ! Niark niark ! =P Oui, je me suis régalée. Piouf !

Ps : La couverture est signée Nicolas Jamonneau.  Elle est MA-GNI-FI-QUE, et représente à la perfection le caractère du roman tout en délicatesse. =D



Commentaires

  1. Bonjour !
    Merci d'avoir posté cet article avant le festival Fantasy en Beaujolais... En tout cas avec ça, je persiste et je signe : j'irai me le faire dédicacer car JE LE VEUX !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy