Willow Hall de Mina M et Cécile Guillot


Editions : Chat Noir
Collection : Graphicat
Auteur : Cécile Guillot 
Couverture/illustrations : Mina M
Parution : Octobre 2015



Résumé :
Willow Hall… Les murs semblent me chuchoter des prières que je ne comprends pas… Les ombres s’allongent, chaque coin paraissant cacher quelque monstre à l’affut… Tout ici n’est que ténèbres et désespoir. La fillette dont je dois m’occuper reste plongée dans un silence indifférent. Elle est parfois entourée d’étranges papillons sortis de je ne sais où… créatures magnifiques mais qui m’arrachent à chaque fois un frisson involontaire.

Mon avis :
Emily est la nouvelle gouvernante de Lorena, une petite fille qui est dans son monde, au manoir au « saule pleureur ». Une mystérieuse enfant qui nous fascine dès le départ.

Je trouve cet artbook magnifique. Je suis encore tombée amoureuse des dessins de Mina M. C’est poétique, d’une beauté magnifique et énigmatique. Il y a quelque chose que j’aime beaucoup, c’est aussi je dirais fantomatique (oui, oui) et ombreux voire trouble. Plus on avance plus la beauté de la …. est splendide.  Hé hé vous ne saurez pas ! Toc ! L’atmosphère « joyeuse », étincelante se ternit au fur et à mesure pour laisser place au sujet de l’histoire. Certaines sont ensorcelantes. D’autres nous captivent. Je me suis laissée prendre par le charme des illustrations. Elles sont un tantinet magiques dans leur façon.
L’histoire est découpée en courrier. Ça rajoute un charme au roman et je trouve l’idée de faire l’histoire de cette façon géniale. Les émotions et les sentiments sont retranscrits et on ne peut pas s’empêcher d’avoir le cœur serré en attendant la dernière page. Je me doutais comment ça allait se terminer à cause de la couverture. Je me disais souvent : Oui ? Naan ? Oui ? Naan ? =D
L’écriture est belle et fluide, très début XXe. Enfin, vous me comprenez. Le côté historique ressort tout en étant au second plan. Les lettres écrites, les mots dévoilés sont plein de grâce. Je ne sais pas il y a une sensation, un ressentiment qui m’a plu dans la lecture.  Je joue peut être trop à certains jeux, vous savez ceux où il faut trouver des objets perdus pour avancer dans l’histoire et en général, ça fait « flipper », enfin ça essaye en tout cas. Bref, revenons à Willow Hall qui est un splendide artbook.

C’est un rêve éveillé rempli de tristesse. Une douce mélodie poétique et mélancolique qui nous accompagne en lisant et en regardant les illustrations. C’est sombre et envoûtant, j’étais happée dès la première page. En plus du charme fantastique, un passé familial enfoui refait surface et donne un mystère, des secrets et une énigme. On se pose des questions, on essaye de percer le mystère. J’ai été étonné de découvrir quelque chose, je ne m’y attendais pas. Bon, en même temps, je n’ai pas trop réfléchi. =P Mouak mouak !
J’ai encore succombé à un autre artbook des éditions du Chat Noir. Mina M et Cécile Guillot forme un beau duo/duo extra que j’aimerai encore découvrir. La plume de Cécile est pleine d’émotions et de sentiments et Mina M retranscrit parfaitement tout cela dans son coup de crayon.
Vous aurez compris, j’ai beaucoup aimé ! =D

Seriez-vous envoûtés par le manoir ?  Arriveriez-vous à différencier la frontière entre la folie, le rêve et la réalité ? 

Ps : Dans la page de présentation, la femme me rappelle Vanessa Paradis ! Hé hé hé !

Commentaires

  1. Je l'ai précommandé, je l'attends avec impatience ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Bon vu comment tu le décris ça risque fortement de me plaire. Je vais probablement le commander !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commande ! Dommage que les précommandes sont finis, tu aurais eu des dédicaces de l'auteur et de l'illustratrice. =)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy