Les Oubliés, T1 - Derniers jours de Léna Jomahé


Editions : Plume Blanche
Collection : Plume d'Argent
Auteur : Léna Jomahé 
Couverture : Cendre
Parution : 8 Septembre 2015


Résumé :
An 250 après la IVème guerre mondiale.

Seules quelques grandes villes parviennent à subsister et leurs populations à survivre grâce aux coupoles qui les protègent du monde extérieur.

Chaque année, le Nouvel Ordre Mondial détermine l’avenir des jeunes de seize ans. Et chaque année, certains d’entre eux disparaissent.

On les appelle les Oubliés.


Mon avis :
Eléa et ses amis Aurore et Simon, surnommés les Inséparables, passent le test lors de La Rafle (rien que ce nom me donne des frayeurs tellement qu’il est puissant) pour savoir leur vie future (travail, rien avoir avec la voyance =P). Ce jour-là tout ne se passe pas comme prévu. Alors, Les oubliés où vont-ils ?
L’aube d’une révolution pour retrouver une liberté est sur le point de commencer. TOIN TOIN TOIIIIIIN
Qu’est-ce que vous feriez à la place d’Eléa ?

J’imaginais plein de choses avant de commencer en lisant le résumé. BIM Je ne me m’attendais pas à ça.
Dès le départ je m’inquiétais, je lisais et entre le résumé et le titre, je redoutais quelque chose. Rien que là, l’auteure m’a surprise. Je grimaçais et je n’étais pas très bien pour les protagonistes.
L’héroïne est tellement butée qu’on a envie de la secouer mais sa détermination, sa loyauté, son amitié et sa force de caractère vont primer.

Je déteste ce genre de monde car c’est un monde que je n’ai pas envie de connaitre, remarquez comme toutes les dystopies. =P Pourtant, je me suis passionnée pour les Oubliés. Ce n’est pas un coup de cœur car il y a des petites choses qui m’ont gênée mais c’est prenant. L’auteure a su mettre de l’originalité malgré que j’aie trouvé classique certaines idées. Dès les premières pages on est happé dans cette ambiance « propagande », de tristesse, de « craquage », tellement qu’on veut savoir ce qui se cache derrière le fonctionnement du système.
Qui croire ? Doit-on faire confiance ? Quels risques prendre ?
J’ai trouvé des facilités en avançant dans l’histoire ainsi pour le côté psychologique des personnages. Ils sont quand même vrais et non stéréotypés. =)
On découvre le monde, cet univers créé par l’auteure, les personnages et leurs caractères. On essaye de déchiffrer les indices laissés au fur et à mesure mais on a l’impression d’être dans le flou autant que Eléa. Des éléments sont faciles à deviner mais les retournements de situations nous surprennent.

Eléa est têtue, bornée et casse pied mais également attachante car son caractère est sa carapace, sa façon de voir les choses et de les affronter. J’ai bien aimé rencontrer une héroïne vraie.  Comme elle va être amoureuse, oui oui, je l’ai trouvé énervante pour le coup, on dirait qu’elle se perd dans les vagues. =P Fleur bleue celle-là ! Hé hé hé. Piouf.
Les autres personnages sont importants. Certains vont pousser Eléa dans ses retranchements sans vraiment la changer mais la brusquer oui. L’amitié est une valeur mise en avant ainsi que la famille. Ils m’ont fait rire. Ils apportent tous quelque chose. Aurore, Simon, Gabriel, Izzie, Anaïs entre autres.
Néanmoins, j’ai trouvé qu’ils leur manquaient à tous  un petit truc pour faire mieux. J’ai eu la sensation au long de ma lecture qu’ils n’étaient pas trop complets. Je sais que c’est juste le tome 1 mais un sentiment, qu’il y avait quelque chose en moins. Certains sont secrets surtout une personne. Je l’ai dans mon collimateur ! Niark ! Niark !
Bien que nous suivions Eléa à la première personne, nous allons faire connaissance d’une Clara et son point de vue. J’ai beaucoup apprécié de voir autre part ce qu’il se passait, mais des tonnes de questions sont arrivées pour le coup dont une particulièrement et je grrrrr comme pas possible. Une question cruciale pour un protagoniste (je ne dirais pas lequel) et si la réponse ne me plait pas, ce personnage risque de finir six pieds sous terre mais vivant. Hé hé hé ! Machiavélique je suis !

L’histoire. Wow wow wow, c’est doux et intensif. Après la mise en place, ça devient de plus en plus intense. Une petite dose de stress, de tristesse, de désespoir et d’espoir. Mes dieux mes larmes ont coulé plusieurs fois entre des passages tristes et beaux ou les deux à la fois. On peut passer par toutes sortes d’émotions, j’avais le cœur serré et j’ai eu mal pour l’héroïne à un moment donné. L’humour allège des situations délicates. Le sourire, le regard fleur bleue, les yeux qui se lèvent, le rire, la peur nous suivent tout au long du roman.
Cette société est un tantinet classique car personnellement c’est un peu du déjà vu sur certaines caractéristiques MAIS Léna Jomahé a ajouté sa sauce. Elle a pris des idées, a mis ses ingrédients et ça a donné sa salade personnalisée euuuuh pardon son roman Les Oubliés. On effleure cette dystopie. Elle nous chatouille pour avancer. Oui, nous voulons en savoir plus donc on continue. Qu’est-ce qu’il va se passer ?
Ce premier tome nous apporte notre lot de surprise mais met en avant les personnages et les relations humaines. Cet univers nous démange. Il est là. Présent. Je l’ai trouvé quelque peu en retrait, tout en étant là. Oui, je sais, c’est contradictoire mais voilà. =P Une romance nous berce dans une illusion, c’est un peu un cocon et également l’amitié mais la noirceur arrive pour mon plus grand plaisir. Oui, je suis maso. =P

On s’aventure dans le roman, son histoire, sa base et ses personnages. Tout se met en place. On fait la connaissance du monde. Il y a juste ce qu’il faut pour nous titiller.

Dernière chose : C’EST QUOI CE DELIRE ??

Et ce foutu épilogue, deux mots : BON SANG !
Les yeux écarquillés et une envie de révolte ! Mais aaaaaaaaaaaah ! Je ne dirais plus rien sinon je risque de spoiler avec de simple mot.

Cher Léna, je ne sais pas si je vais vous harceler concernant une chose mais cette suite je l’attends de pied ferme !
Amicalement ! =P


Ps : La couverture est magnifique et d’une beauté simple je dirais. *-* <3 Cette image reflète l'espoir et la liberté. Une liberté de vivre. Une liberté de faire ce qu'on veut. La sensation de respirer enfin ! Superbe ! 

Commentaires

  1. C'est vrai que la couverture est très belle. Et ton article donne envie de lire ce livre, malgré l'histoire qui semble aux premiers abords assez classiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. =) Oui, perso pour moi certains aspects sont classiques, juste des petites choses mais Léna Jomahé a su mettre son idée. =)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy