Alsaciens vs Zombies d'Amparo Seith

Editions : Auto-édition
Auteur : Amparo Seith
Parution :  Août 2015

Résumé :
Alsace, 1809.

Moi, Kristina, mère maquerelle, je n'ai jamais eu peur des hommes et ce ne sont pas leurs cadavres ambulants aux relents de munster qui vont m'effrayer. Pas même lorsqu'ils essaient de me manger toute crue.
Pour protéger les miens, je vais devoir changer de vie et prendre les armes.
Quand les morts décident de se réveiller, réduire leur cerveau en choucroute me semble être le meilleur moyen de les éliminer.



Mon avis :
Je ne suis pas fan de zombies et je m’aperçois que j’en lis de plus en plus. La couverture est fort sympathique et la 4e de couverture m’a donné envie d’acheter ce roman. L’humour étant bien présent dans ce dernier, je me suis lancée dans le livre pour me changer les idées. Je n’arrivais plus à lire une nouveauté, il me fallait je pense de l’humour et je ne suis pas déçue de ma lecture. Mais pas du tout !

Zombie ! Vous avez dit zombie ? Je me doutais que le début quelque chose allait se passer. Une troupe de soldats de Napoléon Bonaparte est en Alsace. Ils s’arrêtent et les choses tournent mal. L’histoire commence et les pages tournent de plus en plus vite.
Kristina, une mère maquerelle, voit arriver plusieurs personnes et le monde autour d’elle s’écroule. C’est une femme forte et vu que c’est une péripatéticienne, on la traite comme une moins que rien. Femme + prostituée, hou lala catastrophe pour l’époque. x) J’ai bien aimé son évolution. Elle est têtue, bornée et j’avais envie de la secouer très souvent. Puis la carapace dure à cuire  se fissure petit à petit et très lentement. Elle sait ce qu’elle doit faire des fois et n’hésite pas mais la femme en elle se pointe.

On ne souffle pas dans l’aventure « survivor. » Ça ne s’arrête pas une seconde. Mon cœur courrait avec eux. J’étais complètement dedans. Je souriais, oui oui ! Il y a de l’humour et les réparties que font Kristina et Eric, ha la la j’en pouvais plus. Je redoutais pas mal de chose.
Dans cette apocalypse zombie, la peur est présente. Une angoisse constante, des terribles tragédies nous serrent le cœur dans ce monde de brutes sanguinaires.
Il y a certaines choses que je devinais mais la plupart du temps, ma seule pensée était : « Qui va survivre ? ». La tension monte petit à petit puis redoutablement et c’est qu’une fois le livre fini qu’on peut souffler enfin… un chouïa et le pire c’est que j’en redemandais ! Moi qui n’aime pas trop les zombies. On souffle sans souffler à la dernière phrase.

Il y a plusieurs personnages, tous différents. On voit la bêtise humaine, un peu tous ces côtés bons et mauvais dans ce livre. Les zombies n’ont pas aidé à leur « génie ». :P Des secondaires, des passagers vont compléter l’histoire et ajouter des rebondissements.
Je trouve que cette fin peut laisser une suite mais elle est très bien et peut être logique vu l’époque et le « genre » du roman.

C’est la première fois que je lis Amparo Seith. L’écriture est fluide et on tourne les pages facilement. L’humour apaise l’atmosphère du roman zombiesque. ;)

Commentaires

  1. voilà une histoire pour le moins originale, ça donne envie de la découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle change de ce que j'ai déjà lu même si les zombies et moi, nous faisons deux. x)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy