La geste des Exilés T1 - Pacte Obscur de Bettina Nordet

Editions : Le Chat Noir
Collection : Féline
Auteur : Bettina Nordet
Couverture : Alexandra V. Bach
Parution : Avril 2014


Résumé :
Je suis flic, et à part une petite bizarrerie et un sérieux manque de sex-appeal dont je me passerais bien, ma vie est plutôt sympa. Mais un soir tout vole en éclat. Traquée par des types bizarres, je me retrouve baby-sittée par mon nouveau boss, un type beau à tomber aux instincts meurtriers peu rassurants, qui semble éprouver à mon égard une allergie aussi violente qu’inexplicable. Alors, telle Alice, je plonge dans le terrier du lapin blanc ; sauf que, dans mon cas, la curiosité n’y est pour rien : mon imbuvable garde du corps m’y a poussée. Bien décidée à retrouver ma vie et les miens, je rue dans les brancards, mais les échos d’une prophétie plus vieille que le monde pourraient bien finir par me rattraper et m’en empêcher. Je vais tout faire pour me sortir de ce guêpier, même si, je dois bien l’admettre, il y a quelques compensations : des beaux mecs comme s’il en pleuvait. Et dire que je me plaignais que mon carnet de bal était vide…

Pièce maîtresse d’une lutte de pouvoir immémoriale, entraînée au cœur d’un tourbillon de violence et de sang, Jana découvre peu à peu que tout ce qu’elle croyait savoir n’est qu’un leurre, et que la frontière entre les bons et les méchants n’est peut-être pas aussi tranchée que ce qu’en disent les traditions millénaires.



Mon avis :
Après quelques hésitions, j’ai pris Pacte Obscur lors d’un salon.
Au début, je trouve ça long mais long. L’héroïne, Jana, m’énerve et j’ai envie de la claquer et la secouer.  C’est important. Elle se plaint. Elle le peut, vu ce qui se passe mais bon, 11 chapitres et elle ressasse toujours la même chose. Bla bla bla. J’ai l’impression à cause de ça, que l’histoire n’avance pas. J’ai même pensé que Kell, son garde du corps grognon, devrait la buter. Sauf que c’est l’héroïne, et ça serait compliqué si elle disparait par enchantement. :P  Piouf !
En revanche, il y a l’histoire. Quelque bout par ci par là, mais pas assez au début. Nous sommes dans le flou enfin moins que l’héroïne car étant lectrice j’ai plus l’habitude de lire du surnaturel. Beh vi :P Jana, le vit. Dans notre monde ça n’existe pas. Nous nan ! Fin’ bref, vous aurez compris ou pas ! :D
Pourquoi des créatures poilues la traquent ? La chassent ? Telle est la question.

Elle est obsédée par ses relations sexuelles. Obsédée et complexée car elle en parle tout le temps et c’est lourd un moment. A chaque fois qu’elle parle de sa vie sentimentale, je l’imagine avec une voix agaçante/irritante et je vous jure que ce n’est pas top. L’héroïne est vraiment mal tombée avec moi. C’est le gros point négatif car ça m’insupporte tellement que j’ai dû mettre de côté le livre pendant un moment et en plus l’histoire commençait à devenir intéressante. Fichu caractère ! :P
Jana est un personnage qui a un fort caractère. Ça ne me dérange absolument pas et j’ai même un humour assez bizarre et noir mais pourtant là, des fois, c’était un peu trop ces remarques. Quand elle réfléchissait sans son obsession (ça diminue à partir d’un moment, Ouf !) et sa répartie bizarre, ça passe. Et elle a du cran !
Il y a énormément de personnages plus au moins importants et secondaires. Je vais citer ceux que j’ai aimé : Kell, Phen, Mayron, Véhuiel sont tous assez mystérieux et énigmatiques et c’est que des gars. Ouais je sais… Classique ! :P  C’est quand même une héroïne entourée que d’« hommes ». Mais j’ai eu le cœur serré pour une femme, Dénéa. Bettina Nordet si tu la fais tuer, je ferai une poupée vaudou à ton effigie ! Niark niark !

Je trouve qu’il y a deux parties, la première où Jana est pourchassée par des méchants messieurs tout poilus et la seconde où elle apprend une vérité. Cette vérité, je ne peux pas la révéler car ça gâcherait la découverte de votre lecture quand vous lirez le livre.
Dès cette première phase, on a des indices. Ils sont petits et gros à la fois, le reste est à venir. C’est de l’imaginaire donc il n’y a pas que l’espèce humaine et on en découvre. Or, la deuxième partie rafle un peu, beaucoup la mise. On en apprend plus sur cet univers, ce monde de La geste des Exilés.
Ce sont des bases simples, classiques mais Bettina Nordet a su mettre sa touche d’originalité, sa vision, son monde et son univers. Cependant l’histoire est intéressante et prenante, ça fait quand même un BADABOUM ou BIM dans tes dents… :D Quand on devine certaines choses c’est toujours génial. Ce monde est « connu » et Bettina Nordet en a fait ce qu’elle voulait. Elle a pris les ingrédients puis elle en a fait un milk shake et pouf voici La geste des Exilés. Elle le tisse, nous surprend, nous donne des pistes mais malgré les quelques puzzles qu’on sait, on est toujours surpris. Il n’y a pas de répit dans les péripéties de Jana. J’ai été étonnée dans certaines circonstances car pour le coup, il y a des choses qu’on ne s’y attend vraiment, vraiment pas. Personnellement, je pense que la plupart des personnages sont cinglés ! :D *rire démoniaque*
Des fois je me disais que Jana était un peu bête sur certains événements et en même temps je me posais la question : « Où l’auteur nous emmène en faisant ça ? Qu’est-ce qu’elle nous a préparé ? ».  Hein ! Je l’ai trouvé un peu « naïve » et combative aussi. Je me disais : « Ma cocotte, réfléchis encore deux secondes mais non ! Raté ! Tant pis pour moi ! ». J’avais envie de la secouer sur le coup. :P

Plus j’arrivais dans les dernières pages plus je lisais plus vite pour connaitre les événements. J’avais envie de continuer, (et pourtant au début ce n’était pas gagné) car je voulais savoir la suite.
Ce premier tome met les bases de l’univers et de l’histoire et pour dire qu’elles ne sont pas petites, petites. Quand on découvre le SECRET de ce livre, on est estomaqué par le choix de l’auteur et heureux car pour une fois elle ne fait pas pareil que les autres auteurs.

Je pense lire la suite mais je risque de perdre le contrôle concernant l’héroïne… Héhé !

Petit mot sur la couverture : Je la trouve magnifique ! Elle attire beaucoup et c’est fou qu’après lecture on remarque des indices qui sont dans le livre. Mais essayez de deviner sans connaitre le contenu, ce n’est pas pochible. J’adoore le violet et la touche d’Alexandra V Bach qui est quand même l’illustratrice de cette couverture. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy