Sonata d'Emily Musso


Editions : Rebelle
Collection : Chimères
Auteur : Emily Musso 
Couverture : Miesis - Sylvie Veyres
Parution : 31 Octobre 2014

Résumé :
Amy est une jeune fille de 16 ans tourmentée par le départ de son père. Elle vit avec sa mère à Peckham, un quartier populaire de Londres où elle consacre son temps à son groupe de rock. Passionnés de musique, Amy, Damian et Tyler rêvent de remporter le prochain GLK Tremplin Rock, un concours qui leur permettrait d’enregistrer un album dans le studio d’une grande maison de disques. Mais c’est sans compter l’arrivée d’Owen, un jeune Écossais audacieux qui s’amuse à semer le trouble. Malgré une adolescence palpitante, Amy ne parvient pas à s’épanouir. Hantée par de terribles cauchemars, traquée par les ombres, la jeune fille tente de comprendre ce qui lui arrive, mais elle va se heurter à de lourds secrets.

Mon avis :
Merci Emily de me l’avoir envoyé pour que je puisse donner mon avis. Je n’aime pas dire chroniquer. :P

Amy vient d’une famille un peu brisée. Elle habite en Angleterre. Son père a quitté sa famille le jour de l’anniversaire d’Amy.  Depuis ce jour fatidique, la mère est un peu en dépression et ce n’est pas vraiment le bonheur ou la confiance absolue. La famille est unie sans vraiment l’être après réflexion.
Je crois que niveau psychologique sur certains points, je ne suis pas d’accord avec notre héroïne. Le livre tourne autour de la musique, c’est un personnage à part entière. Elle transporte, aide et conseille Amy.

Concernant sa famille, je crois qu’à tour de rôle j’avais envie de les étrangler. La mère, pas un brin psychologue pour deux sous. Le frère, j’avais envie de  lui donner des claques et pour le père beh celui-là je n’en parle pas. Ça se voit que je n’ai pas le même caractère que notre héroïne. Ou que je vois les choses différemment. La famille est un peu une onde négative qui gravite autour d’Amy.
Amy je trouve qu’elle pardonne vraiment trop vite et j’aurai aimé qu’elle ait plus de hargne. Elle en a mais l’impression qu’elle pardonne vite est vraiment présente et éclipse son « caractère ». Sauf peut-être avec Owen, j’ai beaucoup souri sur des passages.

Amy est solitaire mais pas totalement car elle a des amis et un groupe de musique. La musique est quelque chose de très important et mise en avant. La musique et moi, ça fait deux. C’est un peu comme me parler chinois (je ne le comprends absolument pas).  J’en écoute mais plutôt à la radio. Bref, donc Emily Musso nous fait découvrir la musique dans son livre Sonata et à travers la douceur, les yeux et les mains d’Amy. Elle joue de la basse et a besoin de ses mains pour ça ! :P

Ces amis apportent vraiment quelque chose, et même si, c’est que le point de vue d’Amy. Grâce à eux, elle peut avoir un autre regard sur son entourage/environnement. Candice et Wilma sont des ados opposées et pourtant identiques à Amy. Je les ai beaucoup aimées surtout Candice, elle me faisait rire. Après il y a son groupe Hathor, référence à la déesse Égyptienne, dedans nous avons Damian, le frère de Candice, et Tyler. Ce petit groupe d’ami fait qu’on se laisse transporter/emporter en même temps que notre héroïne par les tribulations d’adolescents. C’est un répit pour elle d’être avec eux à cause de sa famille car pour moi elle arrive mieux à grandir sans eux. Puis nous avons Owen, Ecossais, cousin de Candice et Damian, mais surtout il participe au concours GKT Tremplin Rock qui est une compétition en Angleterre de musique rock, avec son groupe pour enregistrer un album. Hathor y participe aussi. Ça donne du piment enfin plutôt du son ! Yeaaaaaaaaaaah *touche musical*

L’histoire de la romance est en second plan. Ça ne m’a pas dérangé et elle joue à cache-cache car le plus important ce sont les secrets qu’on va découvrir dans l’univers d’Amy. L’auteur nous laisse des indices, nous met l’eau à la bouche pour qu’on ait envie de tourner les pages. J’avoue je ne m’arrêtais plus, je voulais absolument savoir quel(s) secret(s) est(sont) caché(s) à Amy.  Des petites miettes plus au moins grosses pour déclencher notre curiosité et grrrr, la miette était là, on l’a tournée dans tous les sens, disséquée et en fait nan toujours et encore une autre pour nous emporter dans LA révélation de la fin.

L’auteur m’a surprise pour la révélation, je ne m’y attendais pas du tout. Je suis restée scotchée et pourtant elle est très bien trouvée personnellement. Des indices nous sont donnés mais punaise j’ai été vraiment surprise.
J’ai lu le livre en une soirée et m’a vraiment détendu la veille du partiel. L’auteur a choisi très bien les mots et je me suis laissée transporter dans un tourbillon de musique qui se reflète à travers et dans les mots.

C’est sombre, envoutant et on a envie de tourner les pages pour enfin savoir la révélation surprenante. Beh oui surprenante car pour une fois je ne l’ai pas vu venir enfin pas de loin. Quand il y a une demi révélation, là on se pose des questions encore plus. Mais où l’auteur veut en venir ? Puis BOOM ! Oui, oui je crois que je ne m’en remets pas en fait. Mais un petit bémol : La fin je la trouve un peu bâclée sur une chose. Nan je ne spoile pas ! Sinon j’étais très contente j’attendais qu’Amy dise quelque chose. Elle va se trouver/évoluer encore plus et ça, ça n’a pas de prix ! C’est dur de choisir des mots pour ne pas spoiler le livre.

A part ce point négatif une fin bâclée pour moi en fait je pense qu’elle va un peu trop vite et ça me perturbe.

Le décor est détaillé sans l’être. Je veux dire nous savons que c’est Londres, on traverse beaucoup de rues et d’endroits. Mais j’aurais aimé un plus de détaille visuel.

La couverture correspond très bien au roman, sombre, envoûtante et la couleur qui met une touche de surprise. Ça éclate aux visages. Miesis fait souvent des merveilles enfin tout le temps ! Un contraste des couleurs violet/noir qui donne un plus et englobe le roman !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy