Iluvendan T1 - Rencontre avec Gaeria de Nicolas Debandt et Marc-Antoine Fardin


Editions : L'Homme sans Nom
Auteur : Nicolas Debandt et Marc Antoine Fardin
Couverture : Alexandre Dainche 
Parution : Avril 2011

Résumé :
Iluvendan. Une cité où la magie et la technologie se côtoient et s'entremêlent. Le Iolthän, étrange cristal noir, source d'énergie mystérieuse, assure la prospérité de la cité, fait voler ses aéronefs, offre le confort à ses habitants. Trois adolescents, les jumeaux Feäsil et Klaod et la séduisante Imenel, vont enfin pouvoir découvrir cette cité, car c'est là qu'ils mèneront leurs études. Les heures de cours, les rencontres avec les enseignants, les doutes personnels, cela aurait déjà de quoi largement remplir les journées : mais voilà qu'ils découvrent des rumeurs parlant d'une pénurie de Iolthän, d'une guerre imminente face au pays voisin ! Et comment résister à l'appel de l'aventure lorsqu'on est jeune ? Les trois héros vont décider d'enquêter. Manipulés par certains, aidés par d'autres, ils devront faire face à des forces qui les dépassent, mais feront tout pour faire éclater la vérité !


DEMI - Coup de !

Mon avis :
Trois étudiants, les jumeaux Faësil et Kload et la jeune Imenel partent à Iluvendan, une ville très énigmatique et impressionnante. C’est à travers eux qu’on va découvrir ce monde et cette ville. Ils viennent de la campagne et l’organisation à Iluvendan est un peu étrangère pour eux.  Iluvendan utilise un cristal appelait « Iolthän » pour avancer dans l’industrie et faire de la magie en même temps.

Gaeria est un monde qui ne ressemble à aucun autre que vous avez pu lire. Le titre du livre porte bien le nom, c’est une rencontre avec Gaeria pour nous lecteur et aussi pour les héros. L’histoire se met en place, prend forme, se construit. Dès le départ on a des questions dans notre tête. Ca s’amplifie au fur et à mesure.

Les descriptions de Iluvendan sont poussées pour bien qu’on ait les images dans la tête et qu’on comprenne la structure de la ville. Dans ma tête, elle doit avoir une drôle de forme mais la couverture du livre nous aide beaucoup. C’est important car c’est un savoir essentiel à l’histoire d’après moi.
La magie et l’industrie Steampunk se mêlent très bien. Cette touche Steampunk m’a beaucoup plu, ça rajoute un petit quelque chose à la ville, ainsi que la Fantasy.
La Fantasy (magie, créature magique) et la touche Steampunk (industrie) font tout l’intérêt/la splendeur de l’histoire. Un périple mystique et de complot sont dans ce roman. C’est un monde enfermé où il y a des préjugés, des propagandes, des doutes, des histoires, des avancées mais enfermé dans le sens où on communique peu avec les peuples alentours.
C’est riche en différents peuples et fonctionnements. On dirait que les auteurs se sont inspirés de certains peuples connus dans le monde. Je parle de la planète Terre. Ouaip’ la nôtre. Bon en même temps on n’en connait pas vraiment d’autres. En plus de leur vision sur ces peuples, ils ont une autre vision sur une créature mythique. Celle-là, j’étais vraiment surprise déjà qu’elle y soit et en plus comment marche sa magie. J’ai trop aimé !! *.* C’est une vraie surprise ces fonctionnements de la magie et de l’industrie. Même si ça me rappelle quelque chose.

Je parle du monde mais pas des héros ! Haah la blague ! Les héros sont attachants et ils sont bien construits. Nos trois héros principaux murissent et grandissent dans ce premier roman. Le périple qu’ils traversent donne une importance au livre. Je me suis attachée à tout ce petit monde, même aux personnages secondaires. J’ai pas mal de questions en tête et des énigmes à résoudre concernant certains. J’ai rigolé, souri. La particularité d’Imenel m’a fait rire. Ils apprennent, regardent autour de soi, découvrent. J’ai été surprise de beaucoup de choses car je ne m’y attendais pas vraiment.

La façon dont est faite Iluvendan et l’utilisation du cristal me rappellent un peu l’arc Edolas de Fairy Tail. C’est une première dans un roman très détaillé et qui insiste sur tout l’univers de ce monde. Les descriptions ne sont pas pesantes et stimulent bien l’imagination.
Punaise il y a un glossaire à la fin, ça c’est chouette ! J’ai bien imaginé toutes les scènes ! (:


C’est un demi-coup de cœur ! Le mélange Fantasy et d’industrie Steampunk m’ont conquise, ainsi que la complexité du monde et ces thématiques pourtant courantes. Les touches et l’univers créé par les auteurs en font quelque chose d’original !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy