Les Errants T1 - Origines de Denis Labbé


Editions : Chat Noir 
Collection : Cheshire
Auteur : Denis Labbé
Couverture : Jérémie Fleury
Parution : Septembre 2013

Résumé :
Que faire quand on est une adolescente et que le monde s’écroule autour de soi ?
C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange.
Alors que l’épidémie se répand, elle essaie d’y échapper, en compagnie d’un groupe d’amis rescapés. Mais sans l’aide d’adultes, la tâche va s’avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela.


Mon avis :
Les Zombies ce ne sont pas vraiment ma tasse de thé mais je me suis dit, « pourquoi pas essayer les Errants ? ». C’est aux Imaginales que j’ai pris ma décision de faire face aux zombies.

J’étais prise dedans dès le départ. L’histoire est prenante, on suit Marion et ses amis. Mais c’est le point de vu de Marion qu’on a. Ils vont faire une visite dans un ancien camp de la Seconde Guerre Mondiale. Cette visite va virer au cauchemar. Pas drôle sinon.

J’ai trouvé que le début est un peu lent quand l’épidémie est « découverte ». Qu’est-ce qu’on ferait dans ce genre de situation ? Maintenant je trouve que les ados réfléchissent beaucoup mais des fois pas dans le bon sens. Beh oui, si c’était dans le bon, ça ne serait pas top.
Marion est une jeune fille, une ado qui essaye de survivre. Elle essaye de comprendre ce qui se passe et aussi si c’est bien la réalité. Elle a peur pour les autres, ses amis et pour elle.
Comment vont-ils faire pour survivre ? Est-ce que les adultes vont les croire ?
Ces ados sont différents les uns des autres. Ils se complètent et s’aident. Tout ce petit monde, va apprendre à voir une autre vision et plus se reposer sur les adultes. Quand il n’y en a pas autour de soi, il vaut mieux prendre les choses en main !
Les sentiments et les réflexions sont typiquement ados ! Ça fait criser l’adolescente en moi que je suis. Et oui, car j’avais envie un peu de secouer certains.

J’imaginais très bien les scènes tout dégueulasses qui sont décrites dans le livre. Un peu comme un film dans la tête.  Les choses vont dans le bon sens et il y a des rebondissements. On a peur, on est angoissé pour eux car sincèrement je vivais un peu ce que vivait Marion. Dans ma tête : Cours ! Pars ! Attention ! Dis quelque chose ! Vas-y tue le zombie ! Fais gaffe ! 
J’étais complétement dedans. Je ne vais pas dire que j’aime les zombies mais ces errants peut être ! (:

Ils n’ont pas vraiment muri à la fin mais ils ont changé. Prendre conscience de pas mal de chose est un bon début et être en groupe c’est encore mieux. La cohabitation est un peu difficile avec des personnes à caractère très différent. Peut-être un psychopathe dans leur petit groupe mais je l’aime bien Jean-Michel et je dis chapeau à Thibault à une situation. On a des moments je dirais de détente même si le contexte ne s’y prête pas. Des sourires en coin à certaines situations. Ça fait du bien dans ce monde zombiesque (je ne sais pas si ça existe, mais j’aime bien ce mot).

L’écriture est assez fluide et le livre se lit très vite. J'aime bien la couverture, elle ne fait pas peur même si l'angoisse se lit sur les visages des personnes. En même temps il y a des zombies, si personne au fond n'est pas angoissée, euuh là je prends peur ! Je cours même ! Denis Labbé a réussi à me faire aimer un livre où il y a des méchants zombies, enfin des vrais zombies.  Maintenant j’ai vraiment envie de savoir la suite et j’étais tellement dedans que j’ai précommandé le tome 2 ! =D

N’empêche j’aurais bien utilisé une arme pour tirer sur les zombies ou avoir un arc. Ouaiis le tir à l’arc, c’est top !
Pan Pan Pan Pan ! Jackpot ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy